Partager :

Le Sénat américain a confirmé mercredi l’ancien secrétaire d’État adjoint, Thomas Nides, au poste d’ambassadeur de l’administration Biden en Israël, au terme d’un processus de nomination que certains craignaient de voir s’éterniser.

T. Nides, membre du parti démocrate, a été confirmé après que les républicains ont levé leurs objections à sa nomination.  

Cette confirmation met fin à une période de près de 10 mois pendant laquelle les États-Unis n’avaient plus d’ambassadeur en Israël, après le départ de David Friedman en janvier. 

L’ancien consul général de Jérusalem, Michael Ratney, dirigeait l’ambassade des États-Unis à Jérusalem en tant que chargé d’affaires par intérim depuis juin.

 

 

LE PLUS. Un sénateur républicain a bloqué mardi un vote pour confirmer le candidat du président américain Joe Biden au poste de prochain ambassadeur en Israël, compliquant encore les efforts pour pourvoir le poste vacant d’ici la fin de l’année. Le sénateur Josh Hawley du Missouri s’est opposé à la demande du sénateur démocrate Robert Menendez de confirmer Thomas Nides – ainsi que six autres candidats Biden – par consentement unanime.

Hawley n’a pas précisé s’il avait des objections spécifiques à Nides, affirmant seulement qu’il s’opposait à l’un des autres candidats et qu’il parlait au nom de plusieurs autres collègues républicains.

À la suite de cette décision, les dirigeants démocrates devront passer par un processus beaucoup plus long pour confirmer les candidats, notamment la programmation de votes individuels et la tenue de débats. Le temps de parole étant limité et l’ordre du jour du Sénat largement axé sur l’infrastructure et les projets de loi de réconciliation de Biden, la confirmation de Nides pourrait durer des mois.

Bien que Nides ne soit pas considéré comme un choix controversé, certains républicains ont transformé sa nomination en un référendum sur les politiques israéliennes plus larges de Biden, qui incluent un plan de réouverture du consulat américain à Jérusalem. La mission a historiquement servi de bureau de représentation de facto aux Palestiniens avant d’être fermée par l’ancien président Donald Trump en 2019.

Gabriel Attal

Radio J (Copyrights).

Partager :