Partager :

Des archéologues israéliens ont identifié les vestiges d’un campement de croisés en Galilée datant du 12e siècle. Il s’agit de la première preuve définitive d’un campement utilisé en temps de guerre par les envahisseurs chrétiens en Terre Sainte.

Bien que les archives historiques témoignent de leur arrivée – tout comme les nombreux châteaux et églises qu’ils ont laissés derrière eux – il existe très peu d’éléments attestant de batailles réelles entre ces deux puissances mondiales médiévales.

Mais les fouilles préparatoires effectuées en vue de l’élargissement de la route 79, qui relie Nazareth à la mer Méditerranée, ont mis au jour les preuves d’un campement de guerre tenu par les envahisseurs francs.

Les archéologues ont mis au jour des centaines d’objets métalliques – pièces de monnaie, pointes de flèches et objets utilisés pour soigner les chevaux – qui indiquent l’existence d’un campement au moins temporaire à l’époque du Royaume de Jérusalem, entre 1099 et 1291.

C’était une occasion exceptionnelle d’étudier un campement médiéval et de comprendre sa culture matérielle et son archéologie », a déclaré Rafael Lewis, chercheur à l’université de Haïfa.

Contrairement aux Romains, qui ont parsemé la Terre Sainte de structures en pierre et en bois, ces campements auraient été éphémères à dessein, ce qui rendait plus difficile pour les archéologues de découvrir leur histoire.

Grâce à une discipline connue sous le nom d' »analyse de la distribution des artefacts », Lewis, Nimrod Getzov et Ianir Milevski, de l’Autorité israélienne des antiquités (IAA), ont reconstitué le paysage tel qu’il aurait pu apparaître au 12e siècle.

Nous avons pris en compte l’endroit où les objets ont été trouvés et nous avons comparé ce que nous avons appris aux archives historiques », a-t-il déclaré.

Compte tenu de son accès à la mer, cette route de 30 km était utilisée depuis la préhistoire et, à ce stade, elle abritait des campements musulmans et croisés, a expliqué M. Lewis.

On ne sait pas quand les chrétiens ont commencé à se rassembler autour de la source, mais les documents historiques et les preuves archéologiques de leur présence remontent aux années 1130.

Selon les archives historiques, environ 20 000 croisés ont abandonné le camp de Tzippori le 3 juillet 1187 pour aider leurs alliés à Tibériade, qui était assiégée. Mais ils manquèrent d’eau et de provisions et furent décimés le lendemain par les forces du sultan Saladin en route dans les collines au-dessus du village de Ḥaṭṭīn.

La conquête par Saladin des États croisés de Tripoli et d’Antioche a réduit à néant les gains réalisés par les envahisseurs chrétiens et a donné lieu à une troisième croisade, qui s’est déroulée de 1189 à 1192.

Source : Dailymail & Israël Valley

 

Partager :