Partager :

Oracle vient d’ouvrir un centre de données en Israël qui, selon ses dires, est capable de résister à des attaques à la roquette ou d’une voiture piégée et la première des deux installations de cloud public prévues dans le pays se trouve à environ 50 mètres sous l’un des parcs technologiques de Jérusalem.

Neuf étages sous terre, le local des serveurs est conçu pour continuer à fonctionner avec ses propres générateurs d’énergie pendant les combats périodiques de la région, garantissant aux utilisateurs de conserver leurs données sur un nuage local plutôt qu’en dehors d’Israël.

S’adressant à Reuters, Eran Feigenbaum, responsable d’Oracle en Israël, a déclaré : « Cette installation peut résister à un tir direct de roquette, de missile ou même de voiture piégée – et les services continueront de fonctionner sans que les clients ne sachent que quelque chose d’aussi horrible s’est produit. »

Oracle a déjà signé avec un certain nombre de clients dans ce pays du Moyen-Orient, a déclaré Feigenbaum, mais cela n’a pas empêché Oracle de persuader le gouvernement israélien de devenir un client du cloud. En mai, Oracle a conclu avec ses rivaux AWS et Google des accords d’une valeur d’environ 1 milliard de dollars pour fournir des services au secteur public et à l’armée.

L’investissement d’Oracle en Israël s’inscrit dans le cadre de l’ouverture de 14 régions de cloud computing avec de nouveaux sites en Europe, au Moyen-Orient, en Asie-Pacifique et en Amérique latine. Ses projets de centres de données incluent l’Italie, la Suède, la France, l’Espagne, Singapour, l’Afrique du Sud, le Mexique et la Colombie. D’ici à la fin de 2022, Big Red prévoit d’ouvrir d’autres installations aux Émirats arabes unis, en Arabie saoudite, en France, en Israël et au Chili, ce qui représente un total de 44 régions de cloud computing.

Selon les statistiques de Canalys, Oracle avait une part de 2,3 % des dépenses d’infrastructure en nuage dans la région EMEA au cours du deuxième trimestre, ce qui équivaut à environ 248 millions de dollars. Cela le place en sixième position derrière AWS, Microsoft, Google, OVH et IBM. ®

Source : The Register & Israël Valley

Partager :