Partager :

Immersion dans la culture israélienne. Je vous emmène au musée. Et pas n’importe lequel, Anou, anciennement Musée de la Diaspora, à Tel-Aviv.

Nouvelle approche, nouveaux contenus, plateformes technologiques de pointe mais toujours l’objectif de dérouler l’histoire du peuple juif de l’exil à Babylone à nos jours, de célébrer son pluralisme et de promouvoir son unité car même si nous sommes physiquement dispersés dans le monde entier, nous ne sommes pas définis par l’endroit où nous vivons. (Nathalie Sosna-Ophir).

Nous faisons tous partie de la même Histoire. Rendez-vous à 9h05 heure de Paris sur Radio J 94.8fm et où que vous soyez sur https://www.radioj.fr/

LE PLUS.

Ouvert après des travaux de rénovation de 100 millions de dollars, le musée du peuple juif-ANU présente des cultures juives vibrantes à travers des artéfacts ou des œuvres d’art

La guitare utilisée par Leonard Cohen lors de son dernier concert en Israël, en 2009 ; un collier en dentelles distinctif qu’aimait porter Ruth Bader Ginsburg et un rouleau du Livre d’Esther datant du 15e siècle, conçu dans l’Espagne pré-inquisition, se partagent une partie du vaste espace ouvert du musée du peuple juif-ANU, qui vient de rouvrir ses portes – musée dont la raison d’être est de présenter l’histoire vibrante du peuple juif à travers le monde.

Le musée, qui était connu sous le nom de musée de la Diaspora – ou Beit Hatfutsot – a ouvert mardi sur le campus de l’université de Tel Aviv après des travaux de rénovation qui ont coûté 100 millions de dollars. Le musée en a profité pour multiplier par trois sa surface, en passant à presque 7 000 mètres-carrés.

Les trois étages du nouveau musée présentent un mélange grisant d’artéfacts historiques saisissants, de présentations numériques interactives et d’œuvres d’art originales.

Partager :