Partager :

Ces dernières semaines, des dizaines de milliers de soldats israéliens ont traversé Jérusalem et sa Vieille Ville, parfois de jour, mais le plus souvent de nuit, dans le cadre d’un rituel annuel précédant Yom Kippour, jeudi.

Il s’agit de tournées dites des Seli’hot, du nom des prières traditionnelles de pénitence et de supplication prononcées au cours de la période précédant le Jour du Grand Pardon (certains Juifs commencent à les réciter un mois avant Rosh HaShana, d’autres le samedi soir une semaine environ avant Rosh HaShana).

Pour l’armée israélienne, ces visites – principalement à Jérusalem, mais aussi à Safed et dans d’autres villes – ne sont pas explicitement de nature religieuse, et même des unités à prédominance non-juive y participent, mais sont plutôt destinées à encourager la contemplation et l’introspection, a déclaré la semaine dernière au Times of Israël le lieutenant-colonel Nadav Danino, chef de la division de la sensibilisation et de l’identité juives du corps éducatif.

« C’est un temps d’introspection à l’échelle de l’unité. Ce n’est pas un débriefing que l’on fait après un incident ou une enquête après un exercice. C’est un temps où nous utilisons le calendrier hébraïque, ce temps entre le mois hébraïque d’Elul et le mois de Tishri, un temps d’introspection », a déclaré Danino.

« En tant qu’unité, comment avons-nous fait ? Quels objectifs avons-nous atteints ? Où devons-nous nous améliorer, que devons-nous apprendre pour être là où nous voulons être l’année prochaine », a-t-il ajouté.

Les visites sont officiellement dirigées par les commandants des unités participantes, mais elles sont accompagnées de guides civils qui enseignent aux soldats l’histoire de Jérusalem et de la Vieille Ville. « Les visites comprennent souvent un arrêt chez un musicien ou un groupe musical, qui joue des chansons folkloriques ou des chansons de Seli’hot, afin de relier les soldats à cette période et à son atmosphère », a-t-il ajouté.

Times of Israel (Copyrights).

Partager :