Partager :

L’accumulation de plaque sur le cerveau, une caractéristique de la maladie d’Alzheimer, a été ralentie par utilisation de l’oxygénothérapie lors d’un test sur des animaux, ont affirmé des scientifiques israéliens dans une étude évaluée par des pairs publiée jeudi.

Les chercheurs de l’Université de Tel Aviv ont passé des années à explorer le potentiel antivieillissement de la thérapie en chambre pressurisée – ou hyperbare – avec inhalation d’oxygène pur pendant une partie du temps.

Leur dernière étude a démontré que la thérapie stimule le fonctionnement du cerveau humain et qu’elle combat chez les animaux l’accumulation de plaque cérébrale associée à la maladie d’Alzheimer.

« Je ne pense pas que cela puisse “guérir” la maladie d’Alzheimer chez l’homme, mais cela pourrait ralentir considérablement sa progression et sa gravité », a déclaré au Times of Israël le professeur Uri Ashery, le principal auteur de la recherche publiée dans la revue Aging. « Des études supplémentaires sont nécessaires, mais les gens pourraient commencer à en bénéficier d’ici quelques années. »

La promotion par l’Université de Tel Aviv de la thérapie hyperbare pour lutter contre le déclin lié au vieillissement a suscité des réactions mitigées parmi les experts. Le Dr Deborah Toiber, une spécialiste de la maladie d’Alzheimer de l’Université Ben Gourion du Néguev, qui n’est pas impliquée dans la nouvelle étude, a déclaré au Times of Israël qu’elle considérait toute thérapie qui semble contrer le déclin cognitif comme « intéressante et prometteuse ».

Times of Israel (Copyrights)

Partager :