Radio J. Hightech d’Israël. Le « Margalit Startup City Galil ».

Par |2021-09-06T07:13:32+02:00septembre 6th, 2021|Catégories : HIGH-TECH|
Partager :

Bonjour Ilana,

INAUGURATION D’UN CENTRE DE STARTUP ET R&D. Erel Margalit, fondateur et président de JVP (Jerusalem Venture Partners), a inauguré un nouveau centre d’innovation dans la ville de Kiryat Shmona, dans le nord du pays, jeudi, qui sera chargé de promouvoir les technologies alimentaires israéliennes.

Le centre d’innovation Margalit Startup City Galil est le quatrième pôle mis en place par Margalit, après un centre high-tech à Jérusalem, des centres des technologies de cybersécurité à Beer Sheva et à New York et un centre de santé numérique à Haïfa. JVP est aussi actuellement en pourparlers visant l’ouverture de centres d’innovation à Paris et à Dubaï.

Selon le Times of Israel:

« Établie en 1933, la firme JVP a collecté, à ce jour, 1,5 milliard de dollars par le biais de 9 fonds et elle a investi dans plus de 150 start-ups, dont 12 ont fait une IPO au Nasdaq.

L’inauguration du « Margalit Startup City Galil » a attiré de hauts-responsables israéliens.

Erel Margalit a expliqué que « ce centre permettrait de positionner Israël comme pôle des technologies alimentaires, ce qui permettrait de créer des milliers d’emploi dans ce secteur au cours des prochaines années ».

« Les technologies alimentaires sont la prochaine cybersécurité et je pense qu’Israël est sur la voie de devenir une superpuissance dans ce domaine ».

« Nous créons un moteur de croissance économique qui changera la vie des jeunes et de leurs familles, avec 30 000 emplois à haut revenu dans cette technologie, dans le centre du pays, et 70 000 autres postes auxiliaires ».

Le centre de Kiryat Shmona – une ville qui se situe aux abords de la frontière avec le Liban – veut être au cœur de « deux révolutions », l’alimentation et la technologie, qui sont cruciaux pour l’avenir du monde, a continué Margalit. 35 entreprises sont actuellement installées dans le centre qui attire un intérêt croissant.

Quatorze entreprises israéliennes ont présenté leurs technologies lors de cet événement :

1. InnovoPro, développeur de produits alimentaires basés sur la protéine de pois chiche dans des catégories variées, comme les produits laitiers et les alternatives à la viande ;

2. Hargol Foodtech, une start-up israélienne qui a développé un système agricole pour la production de protéine de sauterelle durable ;

3. Green Eye, qui utilise l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique pour mieux contrôler les insectes qui nuisent aux récoltes ;

4. Blue Tree, qui développe une technologie visant à réduire le sucre et

5. Kinoko-Tech, qui fait pousser des champignons sur des lentilles pour créer un aliment hybride sans traitement et zéro déchet.

6. L’entreprise « Witi » utilise un contrôle électro-optique pour détecter les maladies des vignes. Cette technologie permet aux cultivateurs de réduire l’usage des pesticides en fournissant des données sur le terrain en temps réel, qui indiquent quand un pesticide s’avère réellement nécessaire.

« Witi » a créé un petit appareil électro-optique au look de lunette de vision nocturne qui permet au vigneron de « détecter des maladies dans la vigne et de mesurer la qualité du raisin ». Il offre aux vignerons « la capacité d’avoir une analyse de laboratoire instantanée sur le terrain » et de « détecter les maladies et la qualité du raisin », continue-t-il.

Permettre d’évaluer la qualité des raisins sur le terrain et non dans un laboratoire permet d’économiser du temps, de l’argent et de « réduire de manière spectaculaire l’usage des pesticides ». « En France, les vignes représentent environ 3 % des surfaces agricoles mais absorbent 30 % des pesticides et des fongicides or notre technologie permet de réduire l’usage de pesticides ».

BUDGET.

Le budget de l’État pour 2021 sera de 113 milliards d’euros. Aucun budget n’avait été voté en Israël depuis 2018. L’économie israélienne s’est redressée après avoir été durement touchée par la pandémie de coronavirus. En juillet, la banque centrale prévoyait une croissance du PIB de 5,5% en 2021 et de 6% en 2022.

A. DEFENSE. Selon le Premier ministre Naftali Bennett, le budget comprend des investissements dans l’éducation, la défense, l’environnement, les transports publics et la haute technologie.

B. REFORMES. Le Budget présenté par le ministre des Finances Avigdor Liberman comprend des réformes radicales sur l’industrie agricole, les taxes élevées imposées aux articles en plastique et les boissons sucrées, ainsi que des changements considérables dans les politiques d’importation.

D’autres réformes majeures incluent le relèvement progressif de l’âge de la retraite pour les femmes.

C. SOCIAL. Selon M. Liberman, il s’agit du « budget le plus social de l’histoire du pays ». Sans une approbation du budget par les élus, la Knesset sera dissoute et de nouvelles élections législatives seront convoquées 90 jours plus tard.

D. SIMPLIFICATION. Le budget 2021-2022 prévoit une simplification de la réglementation sur les importations afin de pouvoir importer des produits électroniques, des cosmétiques, des produits alimentaires, des jouets et bien d’autres produits encore répondant aux standards internationaux. Ces articles étaient soumis jusqu’ici à un processus d’autorisation local. En adoptant cette démarche, Israël se calquerait enfin sur les conditions en vigueur aux Etats-Unis et en Europe.

E. RABBINS. Le Grand-Rabbinat va perdre son monopole. A l’avenir, des organisations privées pourront également établir des certificats de cacherout.

G. METRO. D’ici 2032, Tel-Aviv aura son métro. Conformément au budget, ce projet sera prioritaire pour tous les ministères.

 

Partager :

WhatsAppFacebookTwitterLinkedInEmail

 

Partager :
Aller en haut