Partager :

Les Pays-Bas et la Roumanie vont durcir les conditions d’entrée des touristes israéliens. Le Portugal et la Suède interdisent l’entrée sur leur territoire aux Israéliens, y compris ceux qui ont été vaccinés

Il y a quelques jours, l’Union européenne a annoncé qu’Israël ne figurait plus sur la liste des pays verts de l’Union, ce qui permet à chaque pays de l’Union Européenne de décider lui-même s’il restreint de quelque manière que ce soit l’entrée des Israéliens à ses frontières. Suite à cela, le Portugal a annoncé hier qu’il n’autoriserait plus du tout les Israéliens à entrer dans le pays (ni vaccinés, ni en convalescence). C’est une décision extrême, car il y a des pays comme l’Italie ou la République tchèque qui restreignent l’entrée sous réserve d’un contrôle corona négatif (ce qui n’était pas nécessaire dans le passé), mais aucun pays n’a interdit notre entrée aussi strictement que le Portugal.

Est-il possible de prédire quels autres pays suivront les traces du Portugal? En Croatie, par exemple, ce pays est allé à l’encontre de la décision de l’UE et a fait valoir que chaque touriste qui arrive subit des tests et doit présenter un certificat de vaccination, il n’y a donc aucune raison de restreindre davantage les conditions d’entrée dans un pays qui est considérablement soutenu par les touristes.

Comme indiqué, malgré la décision de l’Union européenne, chaque pays peut désormais décider lui-même comment traiter ceux qui viennent d’Israël aux frontières du pays. Le scénario plausible est qu’il y aura plus de pays qui obligeront les Israéliens à subir des tests corona négatifs à leur arrivée ou interdiront l’entrée uniquement à ceux qui ne sont pas vaccinés (comme l’Italie).

Selon le Dr Eran Keter, chercheur et consultant en tourisme au Kinneret Academic College, il est très possible que d’autres pays d’Europe créent des difficultés pour l’entrée de touristes en provenance d’Israël. Les pays européens luttent pour maintenir le nombre de patients bas et empêcher une autre vague, ainsi que pour maintenir l’industrie du tourisme ouverte. Au cours de l’été, il semble y avoir eu une très belle reprise du tourisme européen entre les différents pays, avec environ deux tiers des Européens partant en vacances en Juillet-Août ou prévoyant de le faire bientôt. « Pour des pays comme le Portugal, où le tourisme représente une part importante de son économie, il semble que recevoir des touristes d’Israël soit tout simplement un trop grand risque».

Quels sont les critères qui influencent la décision des États ?

Le Dr Uzi Freund Feinstein, expert en économie de l’aviation, Département du tourisme et de la gestion hôtelière, Kinneret Academic College ajoute qu’on peut supposer que si davantage de pays adoptent des décisions similaires dans un proche avenir, cela se fera sur la base de trois variables:

L’étendue de la morbidité dans leur domaine.

La portée de la vaccination dans leur domaine.

Morbidité en Israël.

A quels pays faut-il « faire attention » ?

« À mon avis, les cinq pays où la situation de la pandémie de Corona est la plus grave: la Bulgarie, l’Estonie, la France, la Grèce et la Lituanie sont les plus susceptibles de suivre les traces du Portugal. La décision finale d’empêcher l’entrée des Israéliens est basée non seulement sur l’état de santé mais aussi sur des considérations économiques, sociales et historiques.

Yaniv Lanis, fondateur de Secret Flights, note qu’il est difficile de prédire quels pays suivront la voie du Portugal, mais on peut spéculer en sens inverse, quels pays nous resteront ouverts. Selon Lanis, un certain nombre de pays ont choisi d’inclure Israël dans leur liste de pays verts avant même le mois de Mai, lorsque les États-Unis ont transféré Israël sur cette liste. Les pays sont: la Croatie, Chypre, la Serbie, le Monténégro, la Grèce, la Bulgarie et l’Albanie. Ainsi, alors que dans les autres pays de l’Union restreignaient l’entrée des Israéliens sur leur territoire, dans ces pays nous étions déjà acceptés sans aucun problème.

En fin de compte, comme vous ne pouvez pas vraiment anticiper les décisions des différents pays, le plus important avant de réserver un vol et un hôtel est de vous assurer d’acheter un billet d’avion « flexible », qui peut être modifié ou annulé à tout moment. Oui, même l’ajout de quelques dollars en vaut la peine. Dans les hôtels, la situation est légèrement différente car la grande majorité autorise désormais l’annulation jusqu’à 24 heures avant le départ.

Faites attention! Les lignes directrices changent constamment. Veuillez vérifier avant d’acheter un billet pour chaque pays.

JForum ‒ Infos Israel-news ‒ Divers

Partager :