Partager :

Créée en 2014 par Daphna Nissenbaum, l’entreprise développe des emballages entièrement compostables allant des sachets à fermeture zip aux films protégeant les t-shirts. Depuis 2017, la France a investi dans le marché.

L’emballage est, à son origine, une invention de la nature. Mais alors que les peaux de clémentine et de bien d’autres fruits se transforment rapidement en engrais pour le sol, les emballages plastiques, eux, rejoignent, dans la meilleure situation, un incinérateur ou une décharge, lorsqu’ils ne finissent pas dans la rue ou dans la mer.

S’inspirant de cette nature, Daphna Nissenbaum est convaincue que la fin de vie des emballages ne doit plus être un casse-tête. Une motivation qui l’a poussé à développer des solutions de conditionnement entièrement bio-dégradable, certifiées par leur compatibilité avec les composteurs industriels et domestiques.

La société Tipa se concentre essentiellement sur les emballages alimentaires même si elle s’étend vers le milieu de la mode. Le principal défi auquel l’entreprise est confrontée est de produire des emballages aussi résistants, transparents et compatibles avec les exigences de sécurité alimentaire que les emballages en plastique non-compostable.

À l’origine de certaines méfiances de la part des ONG environnementales, les packagings révolutionnaires ont recours à des ingrédients bio-sourcés, mais aussi aux fossiles. De quoi empêcher l’accès à des marchés internationaux, où de nouvelles réglementations limitant le plastique, seraient particulièrement strictes. Tipa ne fabrique toutefois que des emballages susceptibles de remplacer le plastique souple, qui en France n’est toujours pas recyclé, et qui est, dans la majorité des cas, très difficilement recyclable pour des raisons à la fois techniques et économiques.

Les gouvernements et les collectivités locales doivent ainsi jouer leur rôle pour que la démarche des consommateurs soit de préférer les emballages bio-dégradables. Il faut également mettre en place les infrastructures nécessaires pour permettre le compostage. En France, la loi relative à la transition énergétique impose la généralisation du tri pour 2025.

Radio J (Copyrights).

Partager :