Partager :

Le ministre israélien des Affaires étrangères était l’invité de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne et a confirmé que le nouveau gouvernement israélien a décidé de redonner vie à la « question palestinienne ».

Pour avoir une idée du soulagement poussé à Bruxelles après le départ de Binyamin Netanyahou qui tenait tête à l’UE sur ce dossier, le Haut Représentant pour les Affaires étrangères Josep Borrell, lors de son entretien avec Yaïr Lapid avant la réunion, n’a pas caché « que les relations entre l’Union européenne et Israël s’étaient détériorées ces dernières années » et a estimé que la présence du nouveau ministre des Affaires étrangères est « l’occasion d’un nouveau départ dans les relations avec le gouvernement israélien ».

Dans un communiqué publié après la rencontre par le service européen de l’action extérieure il est notamment écrit : « Le Haut représentant et le ministre des Affaires étrangères ont eu des échanges approfondis et francs, à l’écoute de leurs attentes mutuelles, sur les relations bilatérales UE-Israël, les questions régionales et la manière de faire avancer le dialogue avec les Palestiniens (…) Ils ont souligné l’importance de renforcer les relations UE-Israël et ont exploré les moyens de relever ensemble les défis existants afin d’atteindre cet objectif commun ».

Plus tard, s’exprimant devant les ministres de l’UE, Yaïr Lapid a prononcé un discours qui a dû sonner agréablement à leur oreilles, en parlant des valeurs communes entre Israël et l’Europe, avec la démocratie libérale, les droits de l’homme, les droits des homosexuels, l’écologie, la lutte contre le racisme et les extrémisme, un système judiciaire indépendant.

 

Partager :