Partager :

La Banque d’Israël a annoncé, lundi, qu’elle allait maintenir son taux directeur à un niveau exceptionnellement bas – 0,1 %. Elle a ajouté que la Banque centrale continuera à mener « une politique monétaire très accommodante » pendant une période prolongée.

La Banque d’Israël a aussi réactualisé ses prévisions globales pour l’année 2021 et l’année 2022, rapportant que le PIB augmentera de 5,5 % en 2021 et de 6 % en 2022. Le niveau du PIB, à la fin 2022, devrait ainsi être seulement de 0,5 % inférieur à celui qui était attendu avant la crise.

Au mois d’avril, la Banque centrale avait anticipé, cette année, une croissance de 6,3 %, la campagne de vaccination contre le coronavirus unique au monde en Israël ayant calmé la pandémie. Les taux d’infection ont toutefois connu une augmentation depuis en raison de la présence du variant Delta, très contagieux, sur le territoire.

« À ce stade, le taux de morbidité est bas mais la propagation de la maladie présente un risque pour le rétablissement continu de l’économie », a fait savoir la Banque centrale dans son communiqué de lundi.

« Le retour à la vie normale en Israël soutient une croissance rapide pour l’année prochaine », a ajouté la Banque centrale. « Toutefois, au vu des risques sanitaires en Israël et à l’étranger et de leur impact sur l’économie, en particulier sur le marché du travail, les activités économiques ont encore des défis à relever. »

La Commission chargée de la politique monétaire au sein de la Banque centrale « va donc maintenir une politique monétaire très accommodante pour une période prolongée et elle utilisera pour cela les outils nécessaires, et notamment les taux d’intérêt, de façon à continuer à soutenir la réalisation de nos objectifs politiques et le rétablissement de l’économie face à la crise tout en parvenant à garantir le fonctionnement approprié et continu des marchés financiers ».

Times of Israel (Copyrights)

Partager :