Naftali Benett et les questions sur la centrale nucléaire de Dimona.

Par |2021-07-03T10:47:16+02:00juillet 3rd, 2021|Catégories : DEFENSE|
Partager :

DIMONA. La sécurité de la Centrale de Dimona est toujours au coeur des inquiétudes d’Israël. Lors du passage de relais de 30 minutes (!) entre Netanyahou et le nouveau PM, Naftali Benett, le sujet de la sécurité de Dimona a t-il été abordé?  On le saura bien un jour…

Les informations sur le site de Dimona sont classées Secret défense par l’État Israélien. Ce site reste mal connu du grand public, car il est soumis à un contrôle très strict et tout individu qui divulguerait des données relevant de la sécurité nationale risque des poursuites pénales. 

DESERT. La centrale de Dimona est la centrale nucléaire du complexe nucléaire israélien situé dans le désert du Néguev, à 13 km au sud-est de Dimona et à 20 km à l’ouest de la Mer Morte, à 25 kilomètres à l’ouest de la Jordanie, à 75 kilomètres à l’est de l’Égypte, et à 85 kilomètres au sud de Jérusalem.

Le site comprend non seulement une centrale nucléaire, mais encore d’autres installations essentielles au développement du programme nucléaire israélien. En Israël, le nucléaire militaire est un tabou qui relève plus de la doctrine stratégique que du secret technique. En dépit du témoignage de Mordechai Vanunu en 1986, le site est officiellement toujours demeuré secret.

FAILLE. Selon le journal Suisse « Le Temps » (1) : « Une faille dans le dispositif de sécurité israélien? On l’a entendu résonner jusqu’à Jérusalem et tout Israël a tremblé à l’idée de ce qui aurait pu se produire. En Avril 2021, un missile sol-air syrien s’était écrasé dans le désert du sud d’Israël, tout près de la centrale nucléaire de Dimona.

En s’écrasant dans le Néguev, le missile n’a provoqué ni dégât ni victime, mais une avalanche de questions. Destiné, semble-t-il, à frapper l’aviation israélienne qui menait durant la nuit des missions de bombardements en Syrie, l’engin se serait échoué en territoire désertique après avoir manqué sa cible et passé au travers des mailles du filet des intercepteurs israéliens. Son atterrissage près de la centrale de Dimona est à première vue un hasard, les experts militaires relevant que les Syriens auraient pu utiliser des armes bien plus importantes comme des missiles Scud s’ils avaient eu l’intention de toucher l’installation ».

Selon un site Canadien : « L’armée israélienne a déclaré que le missile avait atterri dans la région du Néguev et que les sirènes de raids aériens avaient retenti dans un village près de Dimona, où se trouve le réacteur nucléaire. Des explosions ont été signalées au centre d’Israël. L’armée a déclaré plus tard que le missile n’avait causé aucun dommage ».

(1) letemps.ch

LE PLUS. Le journal israélien « Jerusalem Post » a déclaré que « la frappe du missile syrien à proximité de Dimona (réacteur nucléaire) illustre la gravité de cette bataille ». « S’il (le missile) était tombé à l’intérieur du complexe du réacteur, les Israéliens se seraient réveillés à une réalité complètement différente », a ajouté le journal.

Il a indiqué que cet incident « résume toutes les préoccupations israéliennes ». De son côté, Avigdor Lieberman, ancien ministre de la Défense et leader du parti d’opposition «Israël Beitenou» (Israël notre maison), a déclaré que le résultat du tir de missile aurait pu être «complètement différent». « Le scénario d’une ogive de 200 kilogrammes tirée vers Israël aurait pu se terminer d’une manière complètement différente », a-t-il affirmé.

Partager :
Aller en haut