Partager :

CHANTEUSES D’ISRAËL. N°1. Aux portes de l’été, IsraelValley vous fait re-découvrir la musique de l’Etat Hébreu. Plus israélienne qu’Esther Ofarim, (presque) impossible à trouver!

Esther Ofarim (80 ans) sera en concert en Israël durant l’été 2021. De très nombreux fans de la chanteuse, qui vit en Allemagne actuellement (malgré de nombreuses années de vie en Allemagne, la chanteuse n’a toujours pas la nationalité allemande), assisteront aux 3 concerts prévus. Bien entendu, IsraelValley sera présent.

EN RESUME. QUI EST-ELLE ? Elle épouse Abraham (Abi) Reichstadt. Elle a un rôle dans Exodus d’Otto Preminger et collabore avec Frank Sinatra ensuite. Elle a représenté la Suisse au Concours Eurovision de la chanson 1963, terminant deuxième avec la chanson « T’en va pa »s. Elle a chanté au Royal Albert Hall et fut reçue par la reine Élisabeth II.

À la fin des années 1950, Esther Zaied fait la connaissance d’Abraham Reichstadt. Ils publient ensemble en Israël des chansons folkloriques en prenant le nom commun d' »Ofarim ». Ils se marient en 1961 et prennent comme nom de scène « Esther & Abi Ofarim ». Elle est aussi comédienne et apparaît dans le film Exodus sous le nom d’Esther Reichstadt. Après la participation d’Esther au Concours Eurovision de la chanson 1963, où elle finit seconde pour la Suisse avec le titre T’en va pas, le couple acquiert une célébrité internationale. En Allemagne, Esther sort d’abord en solo Melodie einer Nacht et Morgen ist alles vorüber. Ils sortent ensemble de nombreux disques dans diverses langues et deviennent l’un des duos les plus populaires.

En 1964, le couple participe au Deutsche Schlager-Festspiele à Baden-Baden. Ils obtiennent un grand succès avec Morgen ist alles vorüber. Plusieurs autres succès suivent avec Abi à la production en 1966.

Le couple a du succès jusqu’en 1969. Ils apparaissent ensemble une dernière fois le . En , Esther et Abi Ofarim divorcent.

Leurs carrières prennent des chemins bien différents. Abi monte une société de promotion à Munich. Esther se retire puis revient avec un album en 1972 qui la relance par la suite. En 1995, elle est invitée pour chanter par Udo Lindenberg pour chanter sur son album Kosmos.

LE PLUS. La musique israélienne est à l’image de l’histoire du peuplement en Israël : à un fond liturgique d’origine sémitique ancien s’est greffé une influencé de la musique arabe environnante, mais aussi des musiques traditionnelles venant de toutes parts du monde où la diaspora juive s’était disséminée, notamment en Europe de l’Est. Ainsi, à la musique juive s’est rajoutée la musique hébraïque (composée de la musique séfarade judéo-arabe et de la musique arabo-andalouse ainsi que de la musique ashkénaze ou klezmer).

Dans les années 1920 , les compositeurs Mordechai Zeira , Emmanuel Amiran et Yedidya Admon , jouent un rôle important dans le façonnement de la nouvelle culture israélienne, en s’inspirant de leurs prédécesseurs de la diaspora. Ils ont puissés dans les mélodies russes, hassidiques et des poèmes liturgiques des synagogues combiné au rythme méditerranéen et orientale.

Le compositeur Joel Engel, qui a émigré de l’URSS en 1924 ( la quatrième Aliyah ), qui a apporter une grande contribution à la musique du pays. Parmi les chansons bien connues qu’il a composées: les chansons pour enfants  » Nomi Nomi mon enfant  » et  » Jurassic  » (« Pluie venue du ciel, le son de beaucoup de gouttes d’eau »). Enfin, la jeunesse était marquée par la musique anglo-saxonne.

D’autres compositeurs comme Nahum Nadri avec une influence orientale, David Zahavi qui donne la mélodie de la chanson Eli, Eli de Hannah Szenes ou encore Matityahou Shelem qui écrit pour les festivités du Kibboutz.

Lors de la guerre d’indépendance, des chanteurs apporte leurs soutiens et écrivent des musiques, comme celle Croyez qu’un jour viendra qui deviendra célèbre.

Après l’indépendance, les chants sionistes restent populaires. Mais de nombreux nouveaux chanteurs se partagent la scène musicale : Moshe Wilensky et Sasha Argov , puis Naomi Shemer, Yair Rosenblum, Dubi Zeltzer, Mooney Amarilio, Nachum Heiman, John Zarai, Nurit Hirsch, Uzi Hitman, Yoram Tehrlev , Rachel Shapiro , Nathan Yonatan et Ehud Manor.

Les spectacles de chant public sont également devenus très courants en Israël. Ainsi que les groupes militaires, de jeunes soldats qui influence la musique israélienne jusqu’aux années 1980. À cela, s’ajoute les comédies musicales ainsi que les compétitions de chant qui gagnent en popularité.

LE PLUS. En hébreu : אסתר עופרים), née Esther Zaied le à Safed.

Partager :