Partager :

ROBOTS. Alléchés par des promesses de high-tech sur mesure, les patrons de l’industrie comme des services se précipitent en Israël. Dans l’intelligence artificielle, Israël est le leader mondial de la computer vision (1) (à l’honneur dans la série Fauda) qui permet le pilotage de machines, de robots et de voitures. « Cela intéresse Peugeot, Renault, Faurecia. C’est un énorme marché à venir, cela représente des dizaines de milliards de dollars, les Français sont obligés d’en être ».

RENAULT. Le Lab d’innovation de Tel Aviv a été inauguré en juin 2019 en présence notamment de Tsuyoshi Yamaguchi, EVP Ingénierie pour l’Alliance, Gaspar Gascon Abellan, directeur adjoint de l’ingénierie Alliance, Ron Huldai, Maire de Tel-Aviv et de Aharon Aharon, CEO de l’Israel Innovation Authority. Composé d’ingénieurs et de spécialistes, il a pour vocation d’identifier et de tester des technologies innovantes liées principalement aux domaines de la cybersécurité, des capteurs et du big data via une collaboration étroite avec les start-ups israéliennes. L’objectif final est d’intégrer ces technologies dans les futurs véhicules et services de l’Alliance.

Le Lab, avec une superficie de travail de 1 600 m² et une flotte de véhicules, offre l’infrastructure nécessaire pour des activités communes de prototypage avec des start-ups.

Il est situé à Atidim, un parc technologique et d’affaires appartenant à la municipalité et à l’université de Tel Aviv. Tel Aviv entend transformer cette zone en terrain d’expérimentation pour les technologies liées à la ville intelligente dans le cadre de l’initiative CityZone, dont le Lab est partenaire.

Le Lab possède par ailleurs un partenariat exclusif avec l’Israël Innovation Authority (IIA) qui lui permet d’offrir des financements avantageux pour les démonstrations de faisabilité (POCs) menées avec les start-ups israéliennes.
Le Lab travaille également en étroite collaboration avec Alliance Ventures, le fonds de capital risque de Renault-Nissan-Mitsubishi, qui a effectué plusieurs investissements dans l’écosystème israélien. (renaultgroup.com)

(1) La vision par ordinateur est un domaine scientifique interdisciplinaire qui traite de la façon dont les ordinateurs peuvent acquérir une compréhension de haut niveau à partir d’images ou de vidéos numériques. Du point de vue de l’ingénierie, il cherche à comprendre et à automatiser les tâches que le système visuel humain peut effectuer.

Les tâches de vision par ordinateur comprennent des procédés pour acquérir, traiter, analyser et « comprendre » des images numériques, et extraire des données afin de produire des informations numériques ou symboliques, par ex. sous forme de décisions.

Dans ce contexte, la compréhension signifie la transformation d’images visuelles (l’entrée de la rétine) en descriptions du monde qui ont un sens pour les processus de pensée et peuvent susciter une action appropriée. Cette compréhension de l’image peut être vue comme l’acquisition d’informations symboliques à partir de données d’image à l’aide de modèles construits à l’aide de la géométrie, de la physique, des statistiques et de la théorie de l’apprentissage.

La discipline scientifique de la vision par ordinateur s’intéresse à la théorie des systèmes artificiels qui extraient des informations à partir d’images. Les données d’image peuvent prendre de nombreuses formes, telles que des séquences vidéo, des vues de plusieurs caméras, des données multidimensionnelles à partir d’un scanner 3D ou d’un appareil de numérisation médical. La discipline technologique de la vision par ordinateur cherche à appliquer les modèles théoriques développés à la construction de systèmes de vision par ordinateur.

Les sous-domaines de la vision par ordinateur comprennent la détection d’événements, le suivi vidéo, la reconnaissance d’objets, l’apprentissage, l’indexation, l’estimation de mouvement, la modélisation de scènes 3D et la restauration d’image

Partager :