Partager :

Israël a dévoilé récemment des fragments d’un parchemin biblique vieux de 2.000 ans découverts dans le désert de Judée, qualifiant cette découverte d' »historique » et d’une des plus importantes depuis celle des mythiques manuscrits de la mer Morte.

Les morceaux du manuscrit, rédigé en grec mais où le mot « Seigneur » est écrit en hébreu ancien, ont permis, selon les chercheurs israéliens, de reconstituer des passages des livres de Zacharie et de Nahum, issus du livre des douze petits prophètes de la Bible.

C’est la première fois depuis environ 60 ans que des fouilles mettent au jour des morceaux d’un parchemin biblique, selon l’Autorité israélienne des antiquités (AIA).

Ils ont été retrouvés dans une caverne à flanc de falaise dans la réserve naturelle de Nahal Hever, dans le cadre d’une opération nationale visant à lutter contre le pillage du patrimoine.

De premiers fragments avaient été découverts par des bédouins dans les années 1950 et 1960 dans cette « caverne des horreurs », appelée ainsi pour les nombreux squelettes qui y ont été retrouvés, explique Oren Ableman, de l’AIA.

Dans ces nouveaux fragments, « nous avons constaté un changement textuel tout à fait inattendu, que nous ne savons toujours pas entièrement expliquer », rapporte M. Ableman à l’AFP. « Au lieu du mot ‘portes’, que l’on trouve dans tous les autres fragments, apparaît le mot ‘rues' ».

Les archéologues tentent de découvrir le sens de cette variation, ajoute-t-il.

www.challenges.fr/

Partager :