Partager :

SPECIAL ISRAELVALLEY. Depuis plusieurs décennies, l’agence américaine Darpa (Defense Advanced Research Projects Agency) représente un modèle de référence pour son action de financement des innovations technologiques de rupture dans des domaines considérés comme stratégiques à la fois pour garantir la supériorité militaire et la stratégie économique.

L’agence américaine Darpa est-elle active dans le hightech israélien? La réponse est largement positive. Peut-on citer des exemples concernant ses opérations en Israël? La réponse est négative. En effet, un secret défense est de mise dans ce domaine entre Israël et les Etats-Unis. Une exception au secret défense : le cas de QEDIT.

La DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) est une agence du département de la Défense des États-Unis chargée de la recherche et développement des nouvelles technologies destinées à un usage militaire. L’Agence a signé à Tel-aviv un accord de deux millions de dollars avec les deux dirigeants de QEDIT, Jonathan Rouach et Ruben Arnold.

Fondée par une équipe de niveau mondial, composée de Jonathan Rouach, du professeur Aviv Zohar et de Ruben Arnold, QEDIT a développé le Zero-Knowledge Blockchain : une plateforme qui combine les avantages de la coordination entre acteurs (technologie blockchain) aux impératifs de non-divulgation de données pour des raisons réglementaires ou business (Cryptologie du Zero-Knowledge Proof).

Jonathan Rouach et Ruben Arnold ont auparavant cofondé Bits of Gold, la première plateforme d’achat et de vente de bitcoin en Israël. Ruben Arnold a travaillé comme consultant chez McKinsey. Aviv Zohar est un professeur à l’École d’Ingénierie et d’Informatique à l’Université hébraïque de Jérusalem.

En fournissant la preuve pour tous, mais la donnée pour personne, le Zero-Knowledge Blockchain permet d’entrer dans l’ère de la confiance généralisée.

Selon (1) : « Darpa joue un rôle est central pour promouvoir l’innovation de défense. La Darpa constitue un acteur pivot pour favoriser la dualité des technologies (c’est-à-dire la synergie entre applications civiles et militaires). Au-delà de son succès aux États-Unis, elle est l’objet de tous les fantasmes en Europe.

La Darpa est une agence du département de la défense américaine (DoD). Depuis sa création en 1958, sa mission est restée inchangée : financer des projets technologiques à fort niveau d’incertitude qui peuvent aboutir à des innovations de rupture. À ce titre, la Darpa finance le développement des technologies prometteuses et leurs phases de déploiement dans des environnements où les usages sont à inventer ou à réinventer.

Plus qu’une agence en charge de financer des projets aux applications exclusivement militaires, la Darpa représente le bras armé de la politique américaine pour financer des projets stratégiques visant à promouvoir la supériorité technologique et économique américaine ».

La Darpa est une agence indépendante, notamment des armées et des centres de recherche et développement militaires. Cela ne l’empêche pas de travailler avec les autres entités du département américain de la défense mais ses choix et ses orientations ne sont pas dictés par les considérations des armées.

L’enjeu est de proposer des projets de ruptures qui sortent donc des schémas d’usage traditionnels et de raisonner dans le temps long. Son objectif est de penser au-delà du paradigme dominant, voire de travailler sur des logiques orthogonales aux paradigmes dominants en recherche et innovation pour évaluer d’autres options.

la Darpa est ancrée dans un modèle culturel d’organisation agile. La pyramide hiérarchique est très plate, les niveaux de décision peu nombreux, la logique bureaucratique de gestion des contrats réduite au minimum. Indépendance et agilité permettent à cette agence de financer des projets mais aussi de faire pivoter rapidement concepts initiés par les universités ou par le secteur privé.

Cette organisation agile permet aussi à la Darpa de tester constamment et de promouvoir de nouvelles méthodes d’exploration, souvent centrées sur les usages. Cette dynamique a même conduit récemment à la mise sous tutelle du Strategic Capabilities Office (Bureau des capacités stratégiques ou SCO) par la Darpa. Le SCO est composé de militaires issus des différentes armées américaines qui représentent différents échelons hiérarchiques ».

(1) Auteurs et copyrights : Valérie Mérindol, Enseignant chercheur en management de l’innovation et de la créativité, PSB Paris School of Business – UGEI et David W. Versailles, Chair professor, strategic management and management of innovation, PSB Paris School of Business – UGEI

(1) maddyness.com

Partager :