Partager :

BELARUS. L’UE a décidé lundi soir de fermer son espace aérien aux appareils du Bélarus, pour sanctionner le régime d’Alexandre Loukachenko accusé d’avoir dérouté un avion de ligne européen pour arrêter un dissident, Roman Protassevitch.

En Israël, ce dossier est très suivi… mais les médias n’en parlent pas!  Israël ne fait pas de déclarations offensives pour ne surtout pas gêner la communauté juive de Minsk et surtout ne souhaite pas se mettre à dos Alexandre Loukachenko. Israël à une Ambassade à Minsk. La Biélorussie possède une Ambassade à Tel-Aviv.

Plusieurs fois des responsables politiques et militaires israéliens ont souhaité dans le passé, en temps de crise, intercepter des avions civils, comme vient de le faire  le Bélarus, et transportant des leaders de pays ennemis. Le Gouvernement israélien ne l’a jamais fait.

Dans ce dossier Israël est quand même cité sous un angle radicalement différent. Selon i24 News : « Les autorités bélarusses ont expliqué que le vol Ryanair, détourné la veille sur l’aéroport de Minsk avec un opposant politique à bord, avait été menacé dans un email se proclamant de l’organisation palestinienne Hamas. « Nous, soldats du Hamas, réclamons qu’Israël cesse le feu sur le secteur de Gaza. Nous réclamons que l’Union européenne cesse son soutien à Israël (…) si nos revendications ne sont pas satisfaites une bombe explosera (à bord de l’avion de Ryanair) au-dessus de Vilnius », a dit le directeur du transport aérien au ministère bélarusse des Transports, Artem Sikorski, affirmant lire une traduction en russe du message reçu en anglais.

La décision a été prise par le commandant de l’équipage sans ingérence extérieure » d’atterrir dans la capitale bélarusse, a indiqué Igor Goloub, commandant de l’armée de l’air de l’ex-république soviétique. Selon lui, le pilote aurait pu « partir vers l’Ukraine, en fonction de la météo et de sa réserve de carburant, ou vers la Pologne ».

Dimanche, un chasseur MiG-29 a décollé sur ordre personnel du président bélarusse Alexandre Loukachenko pour intercepter le vol FR4978 de Ryanair effectuant la liaison Athènes-Vilnius, capitales de deux pays de l’UE, et qui se trouvait à ce moment-là dans l’espace aérien bélarusse ».

Selon i24News : « Les 27 Etats membres, réunis en sommet à Bruxelles, ont également demandé à leurs compagnies aériennes d’éviter le survol du Bélarus et réclamé « la libération immédiate » du journaliste opposant Roman Protassevitch et de sa compagne Sofia Sapéga, selon des conclusions du sommet mises en ligne par le porte-parole.

Le Conseil européen qui représente les Etats membres, appelle également l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) à enquêter sur cet « incident sans précédent et inacceptable ».

Il invite aussi à « élargir dès que possible la liste des responsables et entités » du Bélarus visés par des sanctions européennes. Les Etats-Unis et l’ONU ont également exigé la libération immédiate du jeune opposant. Le président Joe Biden a condamné un « événement scandaleux ». L’Otan, qui veut, comme l’UE, une « enquête internationale », va réunir mardi ses ambassadeurs pour discuter de la situation. Son secrétaire général Jens Stoltenberg a fustigé « un incident grave et dangereux ».

L’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), un organisme dépendant des Nations unies, a convoqué une réunion d’urgence pour jeudi matin. L’atterrissage forcé « pourrait être une violation de la Convention de Chicago », qui protège la souveraineté de l’espace aérien des nations, a-t-elle estimé ».

Partager :