Partager :

La municipalité de Jérusalem a annoncé (bien avant les émeutes actuelles) des plans pour un investissement sans précédent dans les quartiers arabes négligés de la ville, créant un pôle technologique avec des emplois bien rémunérés.

Le Point : « Des immeubles en verre et des emplois dans la haute technologie: sur le papier, la « Silicon Wadi » propose de plonger Jérusalem-Est dans le futur, mais ce projet israélien se bute à l’opposition de commerçants arabes qui craignent l’expulsion.

Dans une vidéo, la municipalité de Jérusalem vante la centralité et le « potentiel » du quartier palestinien de Wadi al-Joz, situé en contrebas de la Vieille ville et ceinturé par de grands axes routiers. Environ 250.000 m2 seront alloués à des entreprises de la high-tech, 50.000 à des commerces en tout genre et 50.000 de plus à des hôtels, pour un coût total de 2,1 milliards de shekels (538 millions d’euros), explique la municipalité. Comme si Dubaï était transplanté dans les faubourgs de la Ville sainte. Pour réaliser cette vision futuriste, les autorités de Jérusalem doivent relocaliser 200 commerces, ateliers et boutiques ».

Mais alors que le maire de droite et certains propriétaires arabes locaux sont enthousiasmés par ce projet, de nombreuses questions subsistent quant à l’impact de la nouvelle zone « Silicon Wadi » (« wadi » signifie vallée en arabe, en référence à la « Silicon Valley » américaine) proposée dans le Wadi Joz sur la vie des habitants de Jérusalem-Est – et si le développement répond vraiment aux besoins de la population locale.

Si le projet se concrétise, le Silicon Wadi pourrait être l’un des plus gros investissements publics jamais réalisés à Jérusalem-Est.

Avec l’augmentation des transports publics, des espaces verts, un tout nouveau collège technique pour former « des milliers d’habitants de Jérusalem-Est aux technologies de pointe » et des incitations pour « accroître l’intégration des femmes dans la main-d’œuvre à l’Est de la ville », le plan aspire non seulement à créer des milliers de nouveaux emplois à Jérusalem-Est, mais aussi à chambouler totalement la zone.

« L’idée est maintenant de développer des industries de haute technologie et autres qui permettront aux habitants de Jérusalem-Est de trouver un emploi à Jérusalem. J’ai rencontré de nombreux arabes talentueux qui travaillent à Ramallah et dans d’autres endroits parce qu’il n’y a pas beaucoup de haute technologie à Jérusalem, et ce qui existe est par et pour les Israéliens [juifs] », a déclaré Laura Wharton.

Partager :