Partager :

Les croix gravées en abondance sur les murs de l’église la plus sacrée du christianisme ont longtemps été considérées comme des graffitis, mais elles pourraient être l’œuvre de maçons médiévaux payés par les pèlerins pour les sculpter, selon une étude.

Vénérée dans la tradition chrétienne comme le lieu de la crucifixion et de l’enterrement de Jésus, l’église du Saint-Sépulcre de Jérusalem est habituellement animée par des fidèles et des membres du clergé. Cela a rendu difficile l’étude des marques sacrées.

Mais les rénovations effectuées en 2018 dans l’une de ses chapelles, où se trouvent des milliers de croix gravées à la main, ont donné à l’Autorité israélienne des antiquités et au Hadassah Academic College de Jérusalem l’occasion de mener des recherches.

En coordination avec l’Église orthodoxe arménienne, qui contrôle la chapelle, les chercheurs ont utilisé des caméras numériques et l’imagerie tridimensionnelle pour cartographier, comparer et dater les croix.

« Ce phénomène unique nous a toujours déconcertés : S’agit-il de graffitis des pèlerins, ou plutôt de quelque chose d’autre ? « , a déclaré Amit Re’em, archéologue régional de Jérusalem pour l’Autorité.

« Nous avons vu que toutes les croix ont la même profondeur et même le marquage du maçon », a-t-il ajouté, les datant provisoirement du 15e siècle. « Peut-être que deux ou trois artistes manuels ont fait ces croix », a déclaré Re’em. « …Donc ce ne sont pas des graffitis, c’est quelque chose de plus organisé ».

Il a suggéré un but d’intercession. « Disons que vous êtes un pèlerin arménien, donc vous payez quelque chose au prêtre, vous payez quelque chose à cet artiste spécial et il a sculpté pour vous, pour le bénéfice de votre âme et des âmes de vos proches, …une croix spéciale dans le lieu le plus sacré pour le christianisme sur terre », a déclaré Re’em.

Le père Samuel Aghoyan, supérieur arménien du Saint-Sépulcre, a vu les avantages de la recherche pour l’église, en particulier au moment où elle s’efforce de sortir du confinement du COVID-19 et de se préparer à Pâques.

« Maintenant, il n’y a plus de pèlerins ici, mais leur esprit est toujours là, nous le savons, je le crois », a-t-il déclaré.

Source : EconomicTimes & Israël Valley

Partager :