Partager :
La ville ultra-orthodoxe de Bnei Brak, l’un des principaux épicentres des trois vagues épidémiques, est devenue fin mars la plus «verte» des grandes villes d’Israël.

À Bnei Brak, il reste 78 patients «actifs» – seulement 3,5 pour 10 000 habitants.

La proportion de tests positifs est tombée à 1%, et il y a la moitié des nouveaux cas d’infection pour 10 000 habitants enregistrés là-bas que dans la prospère Tel-Aviv (0,8 contre 1,9).

La rapidité et la radicalité de l’amélioration de la situation épidémique à Bnei Brak ressemble à un véritable miracle médical, étant donné que le taux de vaccination de la population de Bnei Brak reste l’un des plus bas d’Israël.

Seulement 23% de la population de la ville a reçu deux vaccinations contre le coronavirus et seulement 29% – au moins un.

Partager :