Partager :

EDITORIAL. A l’instigation du chancelier autrichien, Sebastian Kurz, Benyamin Netanyahou a récemment expliqué à sept chefs d’Etat pourquoi sa campagne de vaccination est une telle réussite.

La France ne fait pas partie des pays qui font partie du Forum lancé par Sebastian Kurz. La raison est simple : les Autorités françaises savent… déjà tout. Il est clair que nous ne sommes pas sérieux en écrivant ces mots!

La France, grâce à des articles de presse remarquables, a beaucoup appris d’Israël en matière de politique de vaccination. Les chiffres d’Israël sont connus par le monde entier. Un peu de patience : la France et Israël vont se construire un tunnel d’information sur les vaccins solide et sérieux.

Selon le Monde : « La France, avec, au 8 mars, moins de 3 % de sa population doublement vaccinée contre le Covid-19 (et moins de 6 % ayant reçu une première injection), souffre déjà de la comparaison avec le Royaume-Uni ( moins de 2 % de double dose, mais 33 % de primo-vaccinés). Le parallèle est encore plus sévère avec Israël où, à la même date, 40 % de la population a été doublement vaccinée (55 % ayant reçu la première dose), alors que les deux pays ont commencé leur campagne de vaccination, en décembre, à une semaine d’intervalle.

Il est éclairant d’essayer de comprendre comment Israël a pu tellement mieux que la France mener la campagne de vaccination de ses nationaux. La taille de la population ne saurait en effet expliquer seule ce différentiel puisque les Etats-Unis, avec pourtant cinq fois plus d’habitants que la France, ont un taux de vaccination trois fois supérieur ».

Lors d’une vidéoconférence, Netanyahou a révélé à Sebastian Kurz, Mette Frederiksen, Scott Morrison, Jacinda Ardern, Andrej Babiš und Kyriakos Mitsotakis, respectivement Premier ministre et/ou Président du Danemark, d’Australie, de Nouvelle-Zélande, de la République tchèque et de la Grèce comment son pays a rendu possible la campagne de vaccination la plus efficace jamais réalisée.

Le groupe des huit avait déjà siégé par le passé pour échanger sur les défis posés par la pandémie. Suite au taux de morbidité extrêmement élevé, Israël avait décrété un confinement très strict lorsque les vaccinations se sont déroulées.

(DR) (Editorial qui n’engage que son auteur).

Partager :