Partager :

Israël a un problème surprenant. Bien que le pays connaisse le plus grand nombre de licornes par habitant et que ses habitants aient l’entreprenariat dans l’âme, il semble que la plupart des entrepreneurs israéliens choisissent d’entrer en bourse ailleurs que chez eux.

Et pendant des années, la Bourse de Tel Aviv, peu visible et contrôlée par les banques locales, fonctionnait dans un cadre très limité et manquait d’incitations et de réglementations suffisantes.

Mais la vision entrepreneuriale d’une femme forte et déterminée pour conduire le TASE dans une direction nouvelle et unique change la donne.  Anat Guetta est la présidente de l’Autorité israélienne des valeurs mobilières depuis trois ans et dès ses premiers jours, elle a transformé le marché des capitaux israélien en encourageant l’innovation financière, en créant un environnement réglementaire attrayant pour les acteurs locaux et mondiaux et en resserrant les liens entre la haute technologie israélienne et le marché national des capitaux.

Sous la direction de Mme Guetta, l’ISA s’efforce de répondre aux besoins de la « start-up nation », d’examiner et de suivre les tendances et les développements technologiques, et de vérifier que l’ISA réagit rapidement et de manière créative aux changements survenant sur d’autres marchés.

L’une de ses tâches les plus importantes et les plus difficiles a été d’attirer de plus en plus d’entreprises technologiques israéliennes loin des autres marchés mondiaux, et de les ramener sur le TASE.  « Il y a eu plusieurs initiatives que nous avons promues avec nos partenaires. Nous avons approuvé la possibilité de coter un nouvel instrument financier, les partenariats R&D. Il s’agit de fonds de capital-risque commercialisables. Il s’agit de fonds de capital-risque commercialisables, qui offrent aux investisseurs particuliers une exposition aux investissements dans des entreprises de haute technologie qui ne sont pas encore prêtes pour le marché public, tandis que les entreprises obtiennent des alternatives de financement supplémentaires. »

« Afin d’élargir l’expertise des investisseurs institutionnels, nous nous sommes associés pour lancer un programme qui augmente les capacités d’analyse des investissements dans les hautes technologies des organismes institutionnels israéliens. Grâce à ce programme, l’État prend en charge le coût de l’emploi des analystes spécialisés qui sont employés par ces organismes. » En prenant ces mesures, Guetta établit de meilleurs prix pour les entreprises technologiques sur le TASE.

La semaine dernière, le Comité ministériel de la législation a approuvé un projet de loi soumis par le ministère israélien des Finances visant à étendre les pouvoirs de l’Autorité israélienne des valeurs mobilières, dirigée par Mme Guetta.

Elle prédit que de plus en plus de sociétés israéliennes choisiront le TASE et que les investisseurs mondiaux suivront bientôt. « Lorsque de bonnes entreprises sont cotées, la réglementation est améliorée, le marché est attrayant, ce qui amène les acteurs du marché international à se joindre au jeu. »

Source : Forbes & Israël Valley

Partager :