Partager :

D.J. de 30 ans originaire de Ramallah, Sama’ Abdulhadi est une étoile montante de la musique électronique mondiale. Elle a aidé à construire la scène de la musique électronique à Ramallah, le centre administratif de la Cisjordanie occupée. Grâce à la diffusion en continu de ses concerts à Ramallah et à ses participations à de grands festivals internationaux, elle avait fait de cette petite ville montagneuse une destination occasionnelle pour les clubbers européens et les journalistes musicaux internationaux.

Pour son dernier projet vidéo, les autorités palestiniennes ont autorisé Mme Abdulhadi à filmer un spectacle à Nabi Musa, un complexe culturel éloigné rattaché à une mosquée dans une zone désertique à l’est de Jérusalem. Plusieurs heures après le début du tournage, son plateau a été pris d’assaut par des Palestiniens religieux, furieux de ce qu’ils considéraient comme une attaque contre l’islam.

Ils ont distribué des images de l’événement, soulevant une tempête médiatique. Les dirigeants palestiniens ont condamné Mme Abdulhadi et la police l’a placée en détention pendant plus d’une semaine. Elle a été libérée sous caution mais fait toujours l’objet d’une enquête et ne peut pas voyager. Et cette fierté de la Palestine est devenue honnie pour beaucoup au milieu d’un débat public sur ce que c’est que d’être Palestinien.

« J’ai toujours pensé, vous savez, que je faisais quelque chose pour la Palestine », a déclaré Mme Abdulhadi, mais apparemment », a-t-elle ajouté, « la Palestine ne le savait pas ».

Pour certains, Mme Abdulhadi représente une sorte de résistance culturelle qui contribue à affirmer et à humaniser l’identité palestinienne sur la scène mondiale, mais pour d’autres, sa performance était néanmoins un affront à la tradition palestinienne, le dernier empiètement de l’influence étrangère sur le mode de vie palestinien et même une métaphore de l’échec de l’Autorité palestinienne – l’organisme qui supervise certaines parties des territoires occupés et qui a donné à Mme Abdulhadi la permission de se produire à Nabi Musa – à défendre les intérêts palestiniens.

Pour Mme Abdulhadi, il a été choquant d’être présentée comme une menace étrangère pour le patrimoine palestinien. Elle avait supposé que son succès international lui avait donné une plus grande crédibilité et un meilleur profil dans son pays. « Honnêtement, je pensais que beaucoup de Palestiniens savaient qui j’étais », a déclaré Mme Abdulhadi.

Source : New York Times & Israël Valley

Partager :