Partager :

Le fondateur et président d’honneur de Radio J, Serge Hajdenberg, est décédé à l’âge de 79 ans.

Nous avons l’immense douleur d’annoncer le décès de Serge Hajdenberg, inlassable militant de la lutte contre l’antisémitisme, ardent défenseur d’Israël, inconditionnel protecteur de la communauté juive de France et passeur amoureux de la culture juive à l’âge de 79 ans.

Enfant de la guerre né de parents juifs polonais, avec acharnement, il a lutté aux côtés notamment de Serge et Beate Klarsfeld pour que les crimes nazis ne soient jamais pardonnés et que la Shoah ne soit jamais oubliée.

Co-fondateur de Radio J, première radio juive de France, il en a été le président pendant plus de 35 ans et a continué à briller par ses éditos incisifs à souhait, jusqu’à son dernier souffle.

En créant les jeunes de la LICA dans les années 60, Serge a commencé à montrer son engagement sans faille et a persévéré dans ses actions innovantes et audacieuses. Son bagout, son charisme, son humour caustique et son franc parler ne craignaient ni les susceptibilités des uns ni les critiques des autres : Serge incarnait la liberté de penser, de dire et de faire.

Cette vie incroyable n’aurait pas été possible sans l’accompagnement et le soutien indéfectibles de sa femme Suzy, militante aussi infatigable que lui.

Leur nombreuse descendance porte le sceau de leur engagement. Avec sa femme Suzy, ses 4 filles Noémie, Yaël, Judith et Deborah, ses 16 petits-enfants et ses 2 arrière-petites-filles, nous partageons une infinie tristesse. Sa voix à nulle autre comparable continue à résonner dans les foyers juifs de France, partout où il a mené ses combats pour la cause juive et dans nos cœurs blessés.

Rédaction de Radio J

IsraelValley s’associe à l’équipe de Radio J dans cet hommage.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

hassidout.org : « Depuis l’annonce vendredi du départ de notre ami et frère Serge Hajdenberg nous nous appelons et évoquons nos souvenirs avec ce Mench. Il avait traversé tant d’épreuves que nous pensions que celle la aussi il la franchirait. Le ciel en a décidé autrement. Toutes nos pensées vont à Suzy, son épouse, sa complice et sa compagne de tous les combats. Condoléances à ses enfants et petits-enfants. Il a juste 40 ans lorsque, en 1981, Serge Hajdenberg fonde avec des militants du Renouveau Juif Radio J dont il devient le Président. Ça, c’est parallèlement à d’autres fonctions : Serge Hajdenberg, a plusieurs casquettes. Il gère pendant un temps une maison d’éditions, puis un groupe immobilier.

Nous, bien sûr, c’est le journaliste qui nous intéresse. Radio J ? Tout le monde connaît. Pour les Nuls, Radio J est la 1ère radio juive de France. Elle commença à émettre le 17 juin 1981 à 22 heures. Ses premiers animateurs furent, outre Serge Hajdenberg son Président, désigné à ce poste par les membres du Renouveau Juif, Suzy Hajdenberg, Jean-Michel et Yves Sokol, Guy Rozanowicz, Jacqueline Frydman ex Klugman. C’était alors un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Le monopole d’État régnait sur les ondes françaises. Au moment où les 4 radios juives pirates durent se regrouper sur la même fréquence, Radio J avait à elle seule 4 fois plus d’auditeurs que les 3 autres radios réunies[1]. Radio J, qui émet sur 94,8 MHz en FM et partage sa fréquence avec Radio Shalom, Judaïques FM et RCJ, se lève tôt. De 4 h 30 à 8 h et 14 h à 16 h 30, les émissions de la Station, qui se positionne strictement au centre de l’échiquier politique et revendique son indépendance, reposent sur l’information et le politique, la culture et le cultuel.

L’information communautaire juive et l’information sur le Proche-Orient occupent la plus grande partie de ses journaux. Son émission dominicale, le Forum Radio J, est une des 3 émissions politiques nationales les plus suivies du week-end et est reprise régulièrement par la presse. Les principaux dirigeants du pays, majorité ou opposition, y sont régulièrement reçus. De même, les responsables politiques et analystes politiques israéliens de tous bords, sont interviewés soit dans des émissions régulières, soit dans des journaux selon l’actualité. Tous les lundis, depuis des années, Serge Hajdenberg a un invité israélien et chaque vendredi, il nous livre un édito pointu. Je ne vais pas vous filer la grille de Radio J mais en qualité d’invitée comme en qualité d’auditeur, j’aime la modernité de la station, son Forum politique, son traitement de l’information sans concession, son soutien inconditionnel à Israël. »

Olivier Rafowicz : « Shalom Serge! Depuis plus de trente ans entre interviews , rencontres sur le terrain au sud , au nord , à Paris, à Jérusalem, tu étais devenu un ami , un véritable compagnon et nous avons partagé des centaines de conversations, de discussions sur ce qui t‘animait : Israël et le peuple juif. Il y a encore peu , nous échangions et tu me disais penser revenir très bientôt en Israël. Ta voix que des millions d’auditeurs ont entendu écouté restera à jamais la voix de Radio J. La radio Juive et la voix du judaisme militant , sioniste qui ne baissera plus jamais la tête.
Ce soir je pense à Suzy , à toute ta famille et à tous ceux qui t‘aiment ». Shalom Serge
EN 2018. FSJU  : « Mardi 24 juillet, Ariel Goldmann participait à la cérémonie au cours de laquelle Serge Klarsfeld a remis à Serge Hajdenberg, président de Radio J, la médaille de Chevalier de la Légion d’honneur.
Serge Klarsfeld a rappelé le combat de Serge Hajdenberg contre l’antisémitisme. Il a souligné son implication comme responsable des jeunes de la LICRA, sa traque, avec les Klarsfeld, contre les criminels tels que Klaus Barbie, ainsi que la création du Renouveau Juif de France (réalisée avec son frère Henri, ancien président du CRIF), du premier comité d’aide aux juifs d’URSS et la création de Radio J en 1981.
Pierre Aidenbaum, maire du 3ème arrondissement de Paris, Serge et Béate Klarsfeld, le grand rabbin Kaufmann, Francis Khalifat, président du CRIF, Francis Lenchener, directeur de la publication de Tenoua, ainsi que Gérard Garçon, président de l’Appel national pour la tsédaka étaient également présents ».
Partager :