Partager :

INVESTIR. Pourquoi la France a si peu investi en Israël? C’est la question d’un lecteur de Tel-Aviv. Le Ministre Bruno Le Maire était en Israël il y a deux ans (ce qu’il déclarait reste toujours valable!)  : « Les investissements israéliens en France représentent 160 millions d’euros par an. C’est peanuts ! », estime le ministre de l’économie. « Le premier ministre Netanyahou veut doubler les investissements israéliens en France et évidemment j’invite toutes les compagnies françaises dans tous les secteurs à faire de même et à investir davantage en Israël ». La France est seulement le cinquième partenaire économique d’Israël en Europe, loin derrière l’Allemagne ou encore le Royaume-Uni.

Pourquoi la France a si peu investi en Israël? Selon Dan Catarivas, directeur général des relations internationales du patronat israélien, ce retard résulte d’une « méconnaissance du marché israélien ». « En regardant la superficie du pays, sa population de 9 millions d’habitants, certaines entreprises françaises se sont dit que cela ne valait pas le coup d’investir en Israël. »

Même analyse pour Édouard Cukierman, PDG de Catalyst Funds, qui invoque une « différence de culture ». « Contrairement à d’autres pays européens, comme l’Allemagne, qui ont compris le potentiel du marché israélien et l’ont envisagé comme une plateforme technologique forte en innovations, la France a longtemps privilégié une approche capitalistique, avec l’implantation d’un certain nombre d’entreprises comme Air France, le Club Med ou des marques de luxe. »

« À cela s’ajoute enfin un facteur politique : la France a sans doute longtemps été frileuse dans ses échanges économiques avec Israël pour ne pas se mettre à dos ses amis palestiniens et arabes.  Mais aujourd’hui, la donne a changé. La division du monde arabe et le rapprochement d’Israël avec les pays du Golfe et l’Arabie saoudite ont décomplexé les investisseurs français ».

Extraits de Mediapart.

Partager :