Partager :

Omer Yankelevich, la toute première femme ministre ultra-orthodoxe d’Israël, a annoncé mardi qu’elle quittait le parti Kakhol lavan de Benny Gantz et ne se présentera pas aux prochaines élections à la Knesset du 23 mars.

Yankelevich, la ministre des affaires de la Diaspora, était considérée comme l’une des plus proches alliées du chef du parti Gantz.

Mais elle a récemment été au cœur de tensions croissantes au sein du parti centriste, et a fini par suivre la vague de départs du parti en déclin, qui a remporté 14 sièges lors des élections de l’année dernière (dans une alliance avec Yesh Atid de Yair Lapid et Telem de Moshe Ya’alon, qui en ont remporté 33 au total) mais qui est maintenant au bord de l’extinction.

Yankelevitch a été au centre d’une campagne de désinformation lors des dernières élections, dans laquelle les réseaux sociaux soutenant le Likud, le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu ont répandu des rumeurs selon lesquelles elle aurait eu une liaison avec Gantz. Le mois dernier, un reportage de la Douzième chaîne a laissé entendre qu’il y aurait des liens entre la ministre et Gantz.

Dans une déclaration adressée aux membres de Kakhol lavan, Yankelevich a déclaré mardi avoir « personnellement payé un lourd tribut. Des mensonges sans fondement ont été publiés à mon sujet. Mais j’ai choisi d’ignorer la campagne de diffamation et de me concentrer sur le travail et sur une véritable mission publique, plutôt que de m’occuper d’intrigues et de vengeance, en espérant que le chemin de ceux qui viendront après moi soit plus facile. »

« Il y a un mois, j’ai ressenti un malaise croissant », a-t-elle écrit. « A l’époque, j’ai informé le président du parti que je n’avais pas l’intention de me présenter aux prochaines élections, mais Benny Gantz m’a demandé de reconsidérer ma décision. Après délibération, je lui ai fait part de ma décision finale hier soir ».

L’année dernière, il a été rapporté qu’un membre haut placé de Kakhol lavan a engagé des détectives privés pour suivre Yankelevich, à l’insu de Gantz. Le journal télévisé de la Douzième chaîne a rapporté que Yankelevich avait remarqué qu’elle était suivie après son retour en Israël d’un voyage à New York en juillet 2019.

Yankelevich a irrité d’autres législateurs de Kakhol lavan en novembre en indiquant que son parti était favorable à la légalisation des avant-postes en Cisjordanie, dont beaucoup sont construits sur des terres privées palestiniennes.

En début de semaine, elle s’est disputée avec Gantz lors d’une réunion de la faction Kakhol lavan sur le confinement actuel.

Elle a déclaré qu’elle soutenait la poursuite de ce confinement strict et a demandé à entendre davantage d’experts, s’écartant de la ligne du parti qui préconise la réouverture de certaines entreprises et institutions éducatives, selon les médias israéliens. Elle a déclaré que « des gens vont mourir » si les restrictions sont assouplies.

« Je sais à quels experts vous parlez », aurait rétorqué Gantz, qui a dénoncé les transgressions systématiques continues dans la communauté ultra-orthodoxe et le manque d’application de la loi. « Ce qu’ils suggèrent est pertinent pour la Nouvelle-Zélande, pas pour Israël. En Israël, il semble que le rabbin ait le dernier mot, pas la loi ».

Yankelevitch était la deuxième femme ultra-orthodoxe membre de la Knesset dans l’histoire d’Israël, après Tzvia Greenfeld du parti de gauche Meretz en 2008.

https://fr.timesofisrael.com/

 

Partager :