Partager :

Rabbi Shlomo Its’haqi, Rabbi Salomon fils d’Isaac, plus connu sous son acronyme Rachi, est né à Troyes en 1040 où il reçut les meilleurs enseignements rabbiniques lors d’un séjour de plusieurs années en Rhénanie, à Worms et à Mayence, qui fut déterminant dans sa carrière spirituelle. De retour à Troyes, il crée une maison d’études juives de grande renommée. De son vivant, son enseignement sera connu dans tout le monde ashkénaze. Le commentateur espagnol Ibn Ezra le surnommera le « Parshandata », mot araméen signifiant « commentateur par excellence de la Torah », qualité qui lui est encore attribuée aujourd’hui.

Rachi a introduit la langue française dans son commentaire. Grâce à lui, il est possible de dater un mot de notre langue. L’accès à cette richesse est considérable si l’on considère que cette époque ne retient pas d’écrits en langues vernaculaires. Les « la’azim » ou gloses de Rachi, mots français écrits en hébreu pour faciliter la compréhension des disciples, constituent un véritable trésor de la langue française du XIe siècle.

Rachi symbolise une certaine manière d’être juif en France : intégré dans la ville, conseillant les gens, juifs comme chrétiens, fréquentant la Cour des Comtes de Champagne… Il est un modèle du judaïsme en diaspora. Les « responsa » – questions et réponses à ses disciples – qui figurent dans son œuvre, reflètent la vie communautaire juive de l’époque et constituent une source historique importante sur la vie du XIe siècle en Champagne.

Fin 2020, le Conseil d’Administration de la Fondation du Judaïsme Français a donné son accord quant à la création de la Fondation Rachi de Troyes. C’est une grande première mondiale qui va créer un nouveau cadre à Troyes pour repousser encore les limites de ce qu’il sera possible de réaliser autour de Rachi.

En parallèle, le ministère des Affaires étrangères et de l’Europe, le ministère de l’Économie et de la Relance, le secrétariat d’État au Tourisme ont conjointement attribué la médaille de bronze du tourisme à Madame Delphine Yaguë, lors de la promotion du 1erjanvier. Fondatrice à Troyes de la société d’ingénierie culturelle et touristique CulturistiQ.
Celle-ci travaille à faire connaître Rachi de Troyes depuis quinze ans, notamment en permettant l’intégration du département de l’Aube à l’Itinéraire européen du patrimoine juif promu par le Conseil de l’Europe.

La Route médiévale Rachi en Champagne est préfigurée par une publication et une exposition réalisée en collaboration avec l’université du Havre et programmée au printemps ou cet été, selon le contexte sanitaire. En second lieu, au titre de CulturistiQ, Delphine Yaguë a mis en place des circuits qui permettent de découvrir le département à la lueur de l’histoire de Rachi et des juifs en Champagne. Deux parcours « ArchiRachi » et « Rachi et le monde végétal » sont opérationnels et d’autres sont en cours d’élaboration comme le verre, la vigne et le vin, le miel, vus au travers les commentaires de Rachi.

Source : Culturistiq & Israël Valley

 

 

 

Partager :