Partager :

En Israël, si la deuxième fermeture a permis de réduire la morbidité significative parmi les étudiants et le personnel, la troisième fermeture ne semble pas être en mesure d’apporter un changement de situation.

Même après la fermeture du système éducatif, le nombre d’étudiants confirmés est resté élevé – et le système de santé a attribué cela à la propagation de la mutation britannique.

Le ministre de l’Éducation Yoav Galant a démenti la publication dans Yedioth Ahronoth selon laquelle le système éducatif est responsable de plus de 40% de toutes les personnes infectées, les données montrent sans équivoque l’ampleur de l’épidémie dans le système éducatif.

À la veille de la deuxième fermeture le 18 septembre, 1 921 étudiants et 247 membres du personnel ont reçu un diagnostic positif au coronavirus sur un total de 5 340 vérifiés ce jour-là – environ 40% du nombre quotidien d’infections.

Le 7 janvier, avant d’entrer dans la troisième vague, il y avait 2 743 étudiants et 350 membres du personnel sur un total de 7 642 vérifiés ce jour-là – là aussi, environ 40% du nombre quotidien d’infectés.

A la sortie de la deuxième quarantaine le 18 octobre, 259 élèves et 36 membres du personnel éducatif ont été diagnostiqués positifs sur 922 vérifiés ce jour-là, soit 32% des personnes infectées. Le 27 décembre, 29% de tous les étudiants vérifiés étaient des étudiants. Le 7 janvier, le pourcentage d’élèves vérifiés est passé à 36% – et pendant tout ce temps, les écoles fonctionnaient. Mais même après leur fermeture, le taux d’étudiants infectés a augmenté – et au 21 janvier, il s’élevait à plus de 40%.

Il convient de souligner que dans la plupart des cas, il n’est pas possible de prouver exactement où l’étudiant a été infecté, que ce soit à l’école ou à la maison.

Même si l’élève n’est pas infecté à l’école mais à la maison, la plupart des jeunes infectés ne souffrent pas de symptômes et peuvent donc ne pas savoir qu’ils sont infectés.

Lorsque l’établissement d’enseignement est ouvert et que l’enfant ne sait pas qu’il est infecté – il peut mettre en danger les nombreux élèves qui entrent en contact avec lui, leurs parents et les membres de leur famille – et bien sûr le personnel éducatif.

Le professeur Nachman Ash, projecteur Corona, a évoqué les taux de morbidité chez les enfants. «Début septembre, la proportion d’enfants jusqu’à 18 ans parmi tous les enfants vérifiés était de 23%», a déclaré Ash, «aujourd’hui elle est de 35%».

Le président de la «droite» Naftali Bennett a adressé une lettre au Premier ministre Netanyahu lui demandant de geler le retour des élèves à l’école:

«Le raisonnement derrière la décision d’envoyer deux millions d’étudiants pour une infection de masse n’est pas clair, bientôt un discussion sérieuse et approfondie de la stratégie de sortie pour la population enfantine. Nous ne connaissons pas encore les conséquences à long terme sur le coronavirus c’est simplement un pari sur l’avenir de nos enfants et leur santé.  »

http://www1.alliancefr.com

Partager :