Partager :

Des archéologues ont mis au jour une bénédiction chrétienne inscrite vieille de 1500 ans qui commence par « Christ, né de Marie », a rapporté mercredi 20 janvier l’Autorité israélienne des antiquités (IAA).

L’inscription en pierre, écrite en grec, faisait autrefois partie d’un linteau qui décorait l’entrée d’une église, située dans ce qui est aujourd’hui et-Taiyiba, un village du nord de la vallée de Jezreel.

L’église elle-même date de la fin du Ve siècle après J.-C., ce qui signifie qu’elle a été construite soit à la fin de l’Empire byzantin, soit au début de la période islamique. En plus du linteau, les archéologues ont découvert que l’église, jusqu’alors inconnue, contenait des pavements en mosaïque disposés selon un dessin géométrique.

L’inscription a probablement été créée pour la dédicace de l’église, selon Leah Di-Segni, chercheuse à l’Institut d’archéologie de l’Université hébraïque de Jérusalem, qui a traduit le texte. L’inscription se lit dans son intégralité : « Christ né de Marie ». Cette œuvre du très pieux et très croyant évêque [Theodo]sius et du misérable Th[omas] a été construite à partir du fondement – -. Quiconque entre doit prier pour eux ».

La première ligne, « Christ, né de Marie », était probablement destinée à protéger le lecteur de l’inscription contre les forces du mal – c’est une expression courante utilisée dans les inscriptions et les documents de cette époque, a déclaré Di-Segni.

« L’inscription salue ceux qui entrent et les bénit », a déclaré M. Di-Segni dans une déclaration de l’IAA. « Il est donc clair que le bâtiment est une église, et non un monastère : Les églises saluent les croyants à leur entrée, alors que les monastères ont tendance à ne pas le faire ».

Théodose, l’un des hommes mentionnés dans l’inscription, a été l’un des premiers évêques chrétiens et le fondateur du bâtiment. Théodose était un archevêque régional, ce qui signifie qu’il avait l’autorité religieuse sur la grande métropole de Bet She’an, qui comprenait ce qui est aujourd’hui et-Taiyiba.

« C’est la première preuve de l’existence de l’église byzantine dans le village de et-Taiyiba, et cela s’ajoute à d’autres découvertes attestant des activités des chrétiens qui vivaient dans la région », a déclaré Walid Atrash, archéologue à l’IAA, dans le communiqué. Auparavant, les archéologues ont trouvé les restes d’une église de la période des Croisés, ainsi qu’un monastère qui était sous la juridiction de Bet She’an, une métropole religieuse.

Comme beaucoup d’autres blocs de pierre anciens – par exemple, un autel de 1800 ans au dieu païen Pan qui a été réutilisé comme brique dans une église byzantine en Israël – le linteau a été réutilisé à une date ultérieure. « On l’a maintenant trouvé incorporé dans les murs, nous savons donc que la pierre a été réutilisée comme matériau de construction. Il est probable que le bâtiment s’est effondré et a été reconstruit », a déclaré Yardenna Alexandre, archéologue de l’IAA.

Pendant la période byzantine (du cinquième au septième siècle), ce lieu était un village chrétien, et il s’est transformé en forteresse chrétienne à l’époque des Croisés. « Le village arabe moderne s’est développé autour d’elle, et certains vestiges sont encore visibles », a déclaré Alexandre.

Les archéologues ont trouvé l’église avant un projet de construction d’une route. Tzachi Lang et Kojan Haku, archéologues de l’Autorité israélienne des antiquités, ont dirigé les fouilles et reçu l’aide du public, notamment des étudiants, des bénévoles et des travailleurs locaux, rapporte l’IAA.

Source : MSM & Israël Valley

Partager :