Partager :

Un article de i24News : »Le Premier ministre israélien et le ministre des Finances ont annoncé dimanche leur intention de présenter un plan de « grande ampleur » très complet destiné à « relancer l’économie » du pays durement touchée par la crise du coronavirus. « Aujourd’hui, nous proposons un plan en 9 étapes pour faire repartir notre économie. J’espère que la grande majorité du gouvernement et de la Knesset le soutiendront afin de se ranger du côté des entreprises et des travailleurs indépendants en Israël. Nous prendrons soin de chaque citoyen », a déclaré B. Netanyahou.

Peu de temps après l’annonce, le parti de droite de Gideon Sa’ar, « Nouvel espoir », a déclaré qu’il dévoilerait son propre plan économique. Le ministre de la Défense Benny Gantz a réagi à l’annonce du plan de Netanyahou en affirmant que « ce plan est une démonstration de capacités d’indulgence. Le plan économique dont Israël a vraiment besoin s’appelle le budget de l’Etat, » qui n’a pas été voté, conduisant le pays vers de quatrièmes élections.  « Quand vous pouviez faire toutes ces belles choses, vous avez choisi de ne pas voter de budget et vous avez bloqué tout processus. Si le peuple d’Israël pouvait nourrir ses enfants grâce aux promesses de ce mauvais gouvernement, il n’y aurait pas des milliers de personnes affamées », a réagi le chef du parti de droite Yamina, Naftali Bennett.

La semaine dernière, le procureur général Avichai Mandelblit a mis en garde le ministre des Finances contre un « plan économique électoral » à deux mois du 4e scrutin, destiné à servir les intérêts de la campagne électorale. Dans sa lettre, A. Mandelblit a précisé à I. Katz qu’il devait se méfier de l’utilisation abusive du pouvoir gouvernemental et des ressources de l’État pour obtenir un avantage lors des élections.  Il a également souligné qu’un plan économique en cas de crise devrait être fondé sur des motifs professionnels et sur consultation des acteurs appropriés. (i24News)

ISRAËL VACCINATION. « La campagne de vaccination de masse qui se déroule actuellement en même temps que l’épidémie active en Israël peut entraîner une “pression évolutive” sur le virus et générer des mutations », selon un rapport du Centre national d’information et de connaissances sur le coronavirus.

Près de 3 millions de personnes ont reçu la première injection du vaccin Pfizer en Israël, soit près d’un tiers de ce pays de 9 millions d’habitants.

De nouveaux vaccins chaque année ?

Les vaccins devraient toutefois « rester en partie efficaces » face aux nouveaux variants, explique pour sa part le médecin Yves Lévy, directeur de l’Institut de recherche vaccinale (VRI) au CHU Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne), dans une interview au « JDD ».

« Cependant, cela pose la question à long terme de la nécessité d’adapter les vaccins aux mutations déjà apparues ou à venir. Il faut donc nous préparer à l’éventualité de devoir revacciner de façon régulière. Et donc, sans doute, à mettre au point de nouveaux vaccins, comme nous le faisons chaque année pour la grippe », a-t-il ajouté.

Pour lui, l’idée d’atteindre une « immunité de groupe » est « illusoire ». Face aux variants, affirme ce spécialiste, « le confinement reste l’arme la plus efficace ».

Plusieurs ont déjà été identifiés. Outre le variant anglais, plus contagieux, les scientifiques ont aussi distingué des souches, des mutations, sans compter la déclinaison sud-africaine ou japonaise venue du Brésil.

www.nouvelobs.com

 

 

Partager :