Partager :
Selon des données fournies par de Sixgill, une société israélienne de cyber-renseignement, le nombre des utilisateurs du Dark Web a été en nette augmentation lors du premier confinement relatif à la pandémie du COVID-19 de 2020, avec plus de 44% de visiteurs en plus durant cette période.

La tendance générale : une augmentation continue
La société de cyber-renseignement a analysé cinq plateformes populaires en anglais et en russe pour mieux comprendre leur popularité au fil du temps et connaître qui est responsable de la plupart des activités. En rassemblant les données depuis le lancement de chaque site jusqu’à la fin de l’année 2020, Sixgill a constaté que les cinq sites avaient augmenté le nombre de leurs membres de manière exponentielle sans affecter la popularité de chacun.
Bien que certains aient progressé plus rapidement que d’autres et que certains mois aient été plus fructueux, la tendance générale indique une augmentation continue du nombre d’utilisateurs visitant des sites Dark Web, a conclu la société.
Une croissance proportionnelle des activités criminelles ?
Selon Dov Lerner, responsable de la recherche sur la sécurité de Sixgill, cette analyse est tout à fait pertinente, car à mesure que le nombre des utilisateurs du Dark Web augmente, l’activité criminelle augmente également.
Les précédents rapports de Sixgill ont souligné une augmentation considérable de la cybercriminalité pendant les confinements COVID.
Cela touche entre autres les comptes de magasin de jeux et les informations d’identification RDP compromises. Il peut aussi s’agir du blanchiment d’argent et des trafics de stupéfiants.
Cette recherche démontre que le nombre de participants au cyber-underground (un niveau du web où les activités criminelles sont facilitées et passent inaperçues) a également augmenté sur la même période.
Une conséquence des confinements
Pourquoi les confinements de coronavirus entraîneraient-ils une augmentation massive du nombre d’utilisateurs de sites Dark Web ? À cause d’une curiosité poussée par l’ennui pour certains.
D’autres ont été poussés vers la criminalité avec les problèmes économiques causés par la pandémie et de la prolifération largement couverte de la cybercriminalité ciblant les travailleurs à distance, comme les ransomwares et le phishing.
La recherche a également révélé que si le nombre d’utilisateurs augmente, seul un petit nombre semble être responsable de la grande majorité des publications. En fait, les 20% d’utilisateurs ont généré 73% des messages.
Cela peut être dû au fait qu’un grand nombre d’acteurs inexpérimentés viennent simplement pour observer, mais ne participent pas à une activité. Les utilisateurs expérimentés créent aussi parfois des comptes graveurs.

Source Le Big Data

Partager :