Partager :

Natan Levy a l’habitude de se battre. Après avoir quitté la France, son pays natal, pour s’installer en Israël quand il était enfant, Levy s’est souvent frotté à des enfants qui le harcelaient à cause de son accent.

Ce qui a permis à certains de ses rêves les plus fous de se réaliser, réduisant au silence de nombreux sceptiques en cours de route.

Levy, 29 ans, qui vit maintenant à Las Vegas, est devenu le troisième Israélien seulement à s’engager dans l’Ultimate Fighting Championship, [UFC], la première organisation mondiale d’arts martiaux mixtes, avec une impressionnante victoire le mois dernier dans une série promue pour les nouveaux venus dans ce sport.

Après avoir remplacé un combattant qui avait été testé positif à la COVID-19 avec un préavis de cinq jours seulement, Levy a bouleversé l’invaincu Shaheen Santana dans un combat en catchweight de 73 kg dans l’émission Dana White’s Contender Series, obtenant ainsi un contrat de l’UFC.

Mesurant 1,85 m, Santana avait un avantage de taille considérable par rapport à celle 1,68 m de Levy. De plus, Levy se bat généralement à 66 kg – il est monté en poids pour affronter Santana, un spécialiste du jiu jitsu brésilien qui avait gagné par soumission dans cinq de ses six combats.

Les pesées avaient des allures de David et Goliath

« Les pesées avaient des allures de David et Goliath », a déclaré M. Levy, qui est également resté invaincu en six combats en tant que pro, lors de la conférence de presse qui a suivi le combat. « Mais j’ai gagné. J’ai montré que ce n’est pas la taille du chien dans le combat qui compte, mais le combat dans le chien ».

Pour Levy, qui a signé un accord avec l’UFC pour quatre combats dont les détails n’ont pas été divulgués, la route pour réaliser son rêve était semée d’incertitudes.

PHOTO AMY KAPLAN

http://www.juif.org

Partager :