Partager :

Le Professeur Didier Raoult de l’Institut hospitalo universitaire (IHU) de Marseille a reçu un émissaire du mouvement juif chabad à l’occasion de la fête juive miraculeuse de Hanoucca.

Le représentant chabad a offert une hanoukkia au plus célèbre savant de Marseille.

En juin dernier, auditionné à l’Assemblée national, l’infectiologue marseillais avait indiqué avoir fait une étude sur la surexposition de la communauté juive face au coronavirus.

Fin mars, le Professeur Raoult, confronté à de nombreux cas d’infection dans la communauté juive marseillaise, avait exhorté les fidèles à éviter les réunions familiales lors des fêtes juives.

En 2015, dans une tribune publiée dans le magazine Le Point, l’infectiologue avait dénoncé “l’antisémitisme de gauche déguisé en antisionisme”.

www.lemondejuif.info

Le hassidisme de Loubavitch est le mouvement hassidique le mieux implanté en France. Il y aurait environ 40 000 Loubavitch en France. Bien que le mouvement soit d’origine ashkénaze, il fait ses recrues essentiellement au sein des rapatriés d’origine séfarade (Pieds-Noirs), à l’image de la communauté juive en France dans son ensemble.

Lubavitch compte aujourd’hui plus de soixante-dix institutions à travers la France, le Maroc et la Tunisie, comprenant des écoles pouvant recevoir plus de huit mille enfants, et des centres communautaires Habad Lubavitch dans toutes les principales villes de France.

Les émissaires du mouvement ont mis en place un vaste réseau éducatif et socio-culturel : ils s’efforcent de gagner à leur cause et leur mouvement les français de confession juive dont la conscience religieuse est faible.

Contrairement aux autres groupes hassidiques, les Loubavitch ne s’opposent en général pas totalement à la modernité.

Habad est actuellement considéré comme le troisième ou le quatrième mouvement hassidique de judaïsme orthodoxe pour ce qui est du nombre d’adhérents. Il y a plus de 200 000 adhérents au mouvement, et jusqu’à un million de juifs fréquentent les services Habad au moins une fois par an.

Partager :