Partager :

Dans plusieurs médias étrangers Israël est, abusivement, accusé de discrimination au vaccin envers les Arabes et les Palestiniens. Faisons un peu d’ordre…

En fait nombreux sont les journalistes à ne pas faire la distinction entre les populations. Ou s’accommodent à ne pas la faire. Tous les arabes israéliens sont vaccinés comme tous les autres secteurs de la population. Ce sont des citoyens à part entière, qui paient leurs imports, et qui ont plein accès au système de santé. Une population cependant moins encline que la juive à se faire vacciner.

Tous les Palestiniens qui résident à Jérusalem-Est sont également vaccinés. Sans aucune exception. Ils ont un statut de résident israélien. Quant aux palestiniens de Judée-Samarie, eux, vivent sous la gouvernance de l’Autorité Palestinienne. Ils ne sont pas citoyens israéliens et n’ont donc pas, en toute logique, accès au système de santé de l’état hébreu.

Quant à la santé des Palestiniens de Gaza, la responsabilité en incombe au Hamas au pouvoir dans l’enclave. Il convient de se rappeler qu’Israël a quitté la Bande de Gaza en 2005. Des faits incontestables qui n’ont cependant pas empêché Jérusalem d’apporter son aide logistique pendant la pandémie à l’Autorité Palestinienne et à Gaza. Produits médicaux, matériel de protection, lits de réanimation et expertise. Israël devrait cependant fournir des vaccins à Ramallah. Un acte humanitaire.

De surcroît pas question d’une recrudescence de la contamination au-delà de la ligne verte, menacante pour les habitants implantations, alors qu’Israël sera immunisée. Sans compter que de nombreux travailleurs palestiniens entrent chaque jour en Israël. Jérusalem devrait aussi fournir Gaza en antidote. Israël n’a aucun intérêt à une contagion massive dans l’enclave qui ne pourrait que favoriser la violence. Les allégations contre Israël ont été rapportées entre autres par la BBC ou le Guardian sur tweeter. Retweetées par le chef du bureau du New York Times à Jérusalem, un retweet pour lequel il a été très vivement fustigé en ligne.

Source : Sosna-Ophir.

Partager :