Partager :

Cette année, il n’y a pas des milliers de pèlerins chrétiens dans l’église de la Nativité, des foules de croyants dans les marchés de Noël ou des hordes de touristes s’emparant des selfies devant les sapins de Noël de la place de Manjedoura. Les églises du Saint-Sépulcre et de l’Annonciation sont pratiquement vides.

Début décembre, le patriarche latin de Jérusalem, Pierbattista Pizzaballa, avait déjà déclaré aux fidèles que Noël en 2020 serait « moins festif ». Cependant, il a déclaré que rien n’empêcherait les chrétiens « d’exprimer la véritable sens de Noël », qui, selon lui, est « faire un acte d’amour ».

Officiellement, les célébrations de Noël n’ont pas été annulées et les autorités religieuses et politiques locales a été très clair. À Bethléem, les principales célébrations de la veille de Noël ont eu lieu, telles que la procession de la visite du Patriarche latin de Jérusalem à Bethléem. La plus grande différence est la participation populaire. Seuls quelques clercs et groupes de scouts locaux étaient autorisés à accompagner la procession de quelques kilomètres qui a conduit Pierbattista Pizzaballa à l’église de la Nativité.

Le temps froid et pluvieux a contribué à la morosité de l’atmosphère et seulement quelques dizaines de personnes si se sont réunis sur la place centrale de Manjedoura pour saluer le patriarche. Pizzaballa a déclaré que, « malgré les restrictions et limitations », l’idée est « de célébrer Noël autant que possible en famille, en communauté et dans la joie ».

À minuit, le patriarche a dirigé une petite messe dans l’église de la Nativité, qui a été diffusée en direct sur les réseaux sociaux. Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, qui a 85 ans, ne a assisté à la messe, comme il le faisait chaque année il y a une décennie et demie.

Le politologue Wadie Abunassar, porte-parole de l’Assemblée des évêques catholiques de Terre Sainte (responsable pour Israël, la Palestine, Chypre et la Jordanie), dit qu’il n’y a aucune trace d’un Noël comme celui-ci dans l’histoire du christianisme. Seulement peut-être pendant la peste noire, il y a 600 ans, quand l’église du Saint-Sépulcre, à Jérusalem, a fermé les portes pour éviter la contagion.

En 2020, le nombre de touristes étrangers est tombé à zéro depuis mars, lorsque les frontières de tous les pays étaient fermées en raison de la pandémie. A tout cela s’ajoutent les restrictions de la distanciation sociale, qui inhibent également le tourisme intérieur et les gens ne pourront s’éloigner de leur domicile que d’un kilomètre.

Si en 2019, Israéliens et Palestiniens avaient noté une augmentation historique du tourisme après des années de conflit, avec 4,5 millions de visiteurs, ceci semble se situer dans un passé lointain. La région n’a reçu qu’un million de visiteurs, mais seulement en janvier et février. Depuis mars, cependant, les statistiques enregistrent le tourisme à un niveau zéro.

Le maire de Bethléem, Anton Salman, a tenté d’améliorer le climat de Noël en disant qu’il « renouvelle l’espoir dans les âmes » et qu’en dépit de tout, « Bethléem regarde toujours l’avenir avec optimisme ».

Source : Noticias & Israël Valley

Partager :