Partager :

Le Défi Climatique. Union et innovation. Carmela Serfaty et Doron Dinai.

En réponse aux menaces, que le changement climatique,  fait peser sur notre avenir, et qui font l’objet de débats quotidiens entre politiques, media, scientifiques et organisations citoyennes, les états s’organisent depuis quelques années pour essayer d’apporter des réponses à la problématique de la conservation de la planète et de l’humanité.

Un bref compte rendu des initiatives dans ce domaine permettra d’illustrer notre propos :

 

Rencontre zoom sur Le Défi Climatique: Catastrophe ou Opportunité avec deux spécialistes de la question, organisée par Perla Relkin de Bnei Brith

 

Ezra Charles Banoun et Norbert Lipszic, (Ecole des Mines de Paris) experts reconnus dans les domaines de l’environnement, du dérèglement climatique et de la gouvernance en eau, en ressources naturelles et en gestion des énergies pour atteindre une baisse des températures, des gaz à effet de serre un développement durable

 

  1. A) Collapsologie versus adaptation à l’évolution

Nous traversons un changement climatique d’une ampleur jusque là inconnue. Faut il croire aux alarmistes qui prônent la collapsologie menant à la catastrophe et à la disparition de l’humanité? NON

Ou à l’inverse à l’approche climato-sceptique très vilipendée qui s’attache néanmoins aux  constatations statistiques annuelles pour faire des projections a un horizon  raisonnable? Aucune de deux approches n’est suffisamment prouvée scientifiquement

Selon eux, la seule approche scientifique avérée est  La loi de l’évolution de Darwin. Elle assure, qu’en permanence l’environnement change, lentement ou rapidement, créant des  problématiques diverses, même si c’est au prix de la réduction de la biodiversité

Le changement climatique peut aussi présenter une opportunité.
C’est le degré de pertinence de leurs réponses aux problèmes qui différencie les pays et qui les voue à une disparition ou à un avancement. Certains pays puissants qui ne s’adaptent pas perdent de leur puissance et risquent de disparaître tels la Syrie le Venezuela ou le Yémen. Des peuples à l’inverse  profitent des opportunités, réagissent et se développent.

 

  1. B) L’eau : le medium par lequel le changement nous impacte le plus

Le 6ème forum mondial de l’eau à Marseille a énoncé 3 grandes priorités

  1. a) Garantir à tous. Le droit d’accès à de l’eau de qualité

Généraliser l’accès à tous à l’eau et aux énergies et améliorer, par une gestion intégrée, l’hygiène et la santé grâce à l’assainissement,

  1. b) promouvoir la croissance verte et harmoniser les écosystèmes.
  2. c) contribuer à la coopération et à la paix grâce à l’eau et face aux changements climatiques dans un monde qui s’urbanise

 

 

  1. C) Le destin de certains pays dépend de leur réponse à ce défi

 

1.L’Irak anciennement la Chaldée, un des berceaux de la civilisation, basé dans la région du delta du Tigre et de l’Euphrate, très puissant par ses ressources en pétrole, rencontre désormais  des problèmes existentiels graves de pénurie d’eau

En effet,  la Turquie et l’Iran ont construit des barrages et ont capté l’eau de tous les pays de la région. Ces problèmes doublés par des problèmes sociaux, leur font courir des risques pour leur existence.

 

2.La Lybie, une société américaine Occidental Petroleum,  qui faisait  des forages pétroliers à 1800 Mètres de profondeur, a trouvé au Sahara de l’eau en quantité impressionnante qui permettrait s’il y avait une organisation internationale soucieuse de l’avenir de l’humanité au delà des seuls intérêts des pays développés , de récupérer le désert du Sahara et de le rendre fertile.

  1. Kadhafi a investi des sommes d’argent gigantesques pour pomper et amener l’eau dans la zone du désert mais depuis son assassinat, c’est le chaos en Lybie mais aussi, malheureusement, dans les pays voisins qui ont accès à des quantités d’eau impressionnantes comme l’Egypte, le Soudan et le Tchad qui n’en font rien..

 

3.Israël L’approche d’Israël est la plus efficace. Liée à l’urgence d’accueillir les juifs d’Europe et d’ assurer la vie et le développement économique des habitants le pays a dû répondre à plusieurs urgences: d’une part à la pénurie d’eau et d’autre part à l’asséchement des marécages  tout en développant une agriculture, une infrastructure routière, une construction immobilière et une industrie.

 

  1. L’eau En parallèle à l’assèchement des marécages responsables du paludisme.

La dépollution Le manque d’eau a nécessité de récupérer toute l’eau en surface depuis  les nappes phréatiques au prix d’un très haut niveau de pollution.

Le niveau était tel que dans les années 80 la pollution de l’eau a causé la mort d’un athlète de l’olympiade Israélienne qui était tombé dans le Yarkon, De même, la rivière Kishon de Haïfa  a connu un très haut niveau de pollution générée par les déchets des usines.  La SPNI, Société pour la Protection de la Nature  a mis en place des plans de dépollution massifs  des rivières. Ce savoir faire acquis a convaincu l’Inde de  demander à Israël d’assurer la dépollution du Gange.

Lors de la 6ème conférence mondiale de l‘eau de Marseille,

Le ministre israélien Uzi Landau a bien fait souligner à l’intention des représentants des pays arabes qu’Israël ne peut pas prendre l’eau des sources des pays se situant au Nord de ses frontières d’où coule l’eau vers la vallée du Jourdain. En effet, les pays situés en amont sont souverains  et aucune loi ne permet de leur prendre l’eau.

La 1ère conférence scientifique de l’eau de l’Ambassade de France en Israël 

L’eau recyclée comme une source d’eau

Le déficit chronique de 1GMC/an en eau et le déséquilibre structurel des régions par rapport à ses besoins a amené Israël à la création en 1950  de l’aqueduc  National

et d’optimiser au maximum le recyclage par filtration en passant de 75%-80% en 2O ans puis à 90% aujourd’hui..

Le dessalement de l’eau.

Ariel Sharon, face aux difficultés politiques transfrontalières et aux coûts fonctionnels d’attribution de l’eau du Jourdain, a réussi à trouver un accord avec des sociétés internationales dont Véolia et Suez pour l’installation d’usines de dessalement de 600 millions litres d’eau en ramenant le prix du litre d’eau de 65-70c/ litre à 45c/l, tout  en  remplissant le lac de Tibériade et en développant la région nord du Jourdain.

 

  1. Nature Environnement Bio diversité

L’Algérie juste après l’indépendance, sans l’aide de l’ONU, pour ne pas se transformer en désert a opté pour la création d’une forêt bioclimatique qui résiste à la disparition de certaines espèces.

Les pays africains qui l’ont suivi ont réussi également à créer une barrière capable d’arrêter  le désert au niveau  du Sahel.

Israël. Depuis la création de l’état en 1948 la défense de l’environnement, de la biodiversité et de la nature, s’est institutionnalisée en politique d’état. Sans parti vert. ni culture écologique opposée. Les ONG et la SPNI la société pour la protection de la nature, créée en 1953, agissent de concert avec l’état et ont acquis un pouvoir statutaire

 

  1. Les arbres

Pour remplacer les arbres détruits par les 0ttomans pour leur chemins de fer et

pour régénérer les forets des conifères, plantés en mono culture par le KKL, victimes des feux de forêts fréquents dus au réchauffement ainsi que pour rejoindre la lutte contre la déforestation, la SPNI a mis en place une procédure pour régénérer rapidement des espèces locales interchangeables, permettant de couvrir en arbres 10% du territoire et de partager ce savoir faire suivant le principe de la coopération israélienne mondiale.

 

  1. Les Plantes et fleurs

Créée en 1950 Pour protéger la nature et créer des plantes moins voraces en eau, la SPNI a passé un accord avec le ministère de l’éducation nationale pour que l’enseignement de  la protection de biodiversité et la sauvegarde des fleurs sauvages et des espèces menacées soit inclus dans le programme scolaire puis dans le programme d’enseignement des officiers de l’armée. C’est ainsi que La loi interdisant la cueillette des fleurs sauvages laisse les flancs de la Mer Morte couverts de fleurs sauvages au printemps qui sont une merveille pour la vue…pour la santé et pour la bio diversité.,

 

  1. Agriculture Biologique et suppression des pesticides

Cet ensemble de méthodes n’est pas forcement basé sur la haute technologie: Au Kibboutz Sde Eliyahu on a employé des moyens simples pour supprimer tous les pesticides et produits phytosanitaires chimiques. On a réussi à éliminer les rongeurs qui consomment 30-40% de ce qu’on plante en plaçant un maximum de nids de chouettes et rapaces en implantant une agriculture biologique. Ces méthodes très efficaces se sont répandues dans les pays voisins et  le kibboutz envoie ses spécialistes dans le monde entier.

 

La Mission morale Israélienne : corriger pour créer un monde meilleur

L’approche israélienne est différente de celles d’autres pays. Elle n’accorde pas d’importance aux déclarations des états hostiles ni à celles des organisations internationales. Elle se base sur des faits concrets dont on tire les conséquences. Elle fonctionne non pas à partir d’une morale politiquement correcte comme les écologistes du monde mais à partir de la mission du judaïsme de réparer le monde avec pour objectif de créer un monde meilleur.

 

 

 

Allier Sionisme Judaïsme et innovations technologiques

Rien ne pouvait freiner le projet Sioniste d’accueillir tous les juifs du monde sur la terre d’Israël. Le mandat britannique et les faits de la deuxième guerre mondiale n’ont fait qu’accélérer le mouvement de la création du pays d’Israël.  Politiques, organisations mondiales et organismes de lutte armée locale se sont alliés en adhérant a la nécessité de rendre le pays habitable.  L’objectif cible fixé était  la régénération globale de l’environnement. Après avoir reconquis 25% du Negev et rendu des terres fertiles pour accueillir 45% on pense pouvoir passer à 80% du peuple juif.

 

 

 

 

 

  1. Défi climatique et Innovation

 

Israël est leader mondial dans le domaine de l’eau

Depuis 2000 la régénération de l’environnement est inscrite en tant que priorité pour le gouvernement en donnant naissance à une multitude de start-ups  qui agissent dans le monde. Ce pays est devenu le 15ème pays du monde développé.

 

La jonction Mer Morte Mer Rouge et Mer Méditerranée

Elle n’est pas viable et le projet Mer rouge Mer morte qui devait apporter de l’eau et de l’électricité et rendre des zones fertiles de deux côtés de la  frontière est pour le moment arrêté.

Gaz à effet de serre. Rien ne prouve que les gaz à effet de serre produisent un effet sur les températures ni sur le changement climatique.  En Israël l’élevage  des poulets et bovins qui produisent du méthane et des gaz à effet de serre est remplacé progressivement par la fabrication de viande à partir de cellules souches. Approuvée par des chefs cuisiniers pour son acceptabilité, la production industrielle va commencer en 2022 à un coût concurrentiel.

 

  1. Les Transitions énergétiques

 

Charbon, Gaz de ville et pétrole sont remplacés par le gaz naturel et de plus en plus par l’énergie solaire.

Le nucléaire : Israël dispose des technologies pour le développement nucléaire mais cette solution semble disproportionnée et trop vulnérable écologiquement. Le choix est de remplacer l’ensemble des sources par le gaz naturel et progressivement par le solaire.

Outre un investissement de 288 milliards d’Euros, un investissement mondial de 10 milliards d’Euros est proposé actuellement  pour  garantir de revenir vers un réchauffement de 3.9° en 2030.

 

  1. L’urgence d’une union mondiale

 

La Conférence au Sénat Mai 2019 : L’adaptation aux changements  climatiques

Le proche avenir est déjà écrit. Qu’on réduise fortement les émissions de gaz à effet de serre ou non. Il faudra faire face à une aggravation des impacts du réchauffement. L’évolution dépendra de la capacité de la communauté internationale à s’unir, se mobiliser, sans faille, pour réduire et maîtriser les émissions sinon la France serait conduite dans une situation alarmante en 2080.

Vagues de chaleur intenses, submersions côtières fréquentes, incendies, extrême surmortalité, hausse des risques lies à la pollution de l’air, contamination de l’eau et propagation des maladies vectorielles nous menacent..  Les solutions apportées étaient minimales. Elles se  sont manifestées surtout dans le domaine agro alimentaire montrant une faiblesse générale.  Ces débats reflètaient la situation mondiale. La menace est réelle et elle ne peut être traitée sans une coopération et une union mondiale.  Ce jour aux Etats Unis on prévoit une augmentation de 50% de morts parmi les personnes âgées. Joe Biden s’est relié à l’accord de Paris. Un appel est lancé : 

« L’action pour le climat est une prescription pour la santé ». 

Norbert Lipsciz 2013    Crise mondiale de l’eau hydro-diplomatie.

Norbert Lipsciz Charles Banoun 2019 Défi Climatique, catastrophe ou opportunité.

Carmela SERFATY

Présidente de Commission Chambre de Commerce France Israel.
Comité scientifique S3C Smart cities and countries.
Partager :