Partager :

La Commission européenne valide finalement le rachat à 2,1 milliards des montres connectées Fitbit par Google. En Israël cette annonce est bien passée car Google va utiliser ses nombreux laboratoires de R&D pour développer Fitbit.

Fitbit : « En utilisant un tracker d’activité, une montre de sport ou une montre connectée, vous pouvez mesurer vos activités quotidiennes et contrôler la progression de vos objectifs. L’appli Fitbit Coach vous donne des conseils pour améliorer vos performances ».

Selon Usine Digitale : « L’institution européenne a annoncé ce jeudi 17 décembre 2020 autoriser cette acquisition sous conditions. Cette annonce intervient après des mois d’enquête, qui a été prolongée dans le courant de l’été, puisque Google a annoncé ce rachat en novembre 2019.

Une acquisition sous conditions
La Commission a concentré ses efforts sur les données collectées par le biais des montres connectés Fitbit et l’avantage que cela pourrait apporter à Google dans le domaine de la publicité ciblée ainsi que les questions d’interopérabilité des objets connectés d’autres marques avec Android, le système d’exploitation pour smartphone de Google. Pour balayer ces inquiétudes, Google a adopté une série d’engagements valable sur une durée de 10 ans, et dont certains pourront être prolongés.

« Les engagements [pris par Google, Ndlr] garantiront que le marché des objets connectés portables et l’espace naissant des services de santé numériques resteront ouverts et concurrentiels », assure Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive chargée de la politique de concurrence, dans un communiqué. Google s’engage par exemple à stocker séparément les données relatives à la santé et au bien-être collectées via les objets Fitbit et à ne pas les utiliser pour Google Ads. Et le consommateur européen aura le choix de partager ou non ses données auprès d’autres services de Google.

La firme de Mountain s’engage également à maintenir gratuitement la possibilité pour les applications logicielles d’accéder, via l’API web Fitbit, aux données concernant la santé et la forme physique des utilisateurs sous réserve de leur consentement. Enfin Google assure qu’il continuera à fournir gratuitement aux fabricants d’appareils Android une licence logicielle permettant à leurs objets connecté de fonctionner avec les smartphones Android ».

Réagir

Partager :