Partager :

Les groupes Facebook sont un lieu de rencontre pour les personnes qui partagent un même domaine d’intérêt. Mais que se passerait-il si le responsable du groupe le vendait à une partie intéressée, à notre insu et sous le nez de Facebook?

Une industrie entière en Israël fait exactement cela aujourd’hui, et il y a déjà même des agences médiatrices qui fonctionnent, un peu, comme des agences immobilières pour trouver le bon groupe pour la bonne personne.

Qu’il s’agisse de menaces implicites ou directes la plupart des personnes que nous avons contactées à propos de cet article ne voulaient pas en parler.

Les Israéliens ont « inventé » un nouveau métier : médiateurs. Ce sont des personnes qui  font la médiation entre des personnes intéressées à vendre leurs  communautés sur Facebook et celles intéressées par certains groupes.

Des groupes comme «Mothers Cook Together» avec 649 000 cuisiniers ou aux 549 000 de «Second Hand Pashpok» représentent un énorme potentiels pour des annonceurs d’accessoires de cuisine par exemple.

Toutes ces communautés, ou groupes ne se sont pas développées dans le but d’être vendues mais au cours des deux dernières années, la donne à changé, et leur intérêt économique est apparu comme évident. Un groupe représente un potentiel de clients.

Hadas Ben Yishai, une consultante et planificatrice financière dont le groupe Facebook qu’elle a fondé compte un total de 16000 membres: Récemment, elle a reçu une offre d’un organisme engagé dans le marketing numérique pour lui acheter le groupe pour 300 000 NIS.

Source : alliancefr.com

Partager :