Partager :

Gideon Sa’ar est né le à Tel Aviv-Jaffa. Il est membre de la Knesset de 2003 à 2014 et de 2019 à 2020, ministre de l’Éducation de 2009 à 2013 et ministre de l’Intérieur de 2013 à 2014.

À la naissance, Sa’ar se nomme Gideon Moses Serchanski. Une partie de sa famille est originaire de Boukhara. Il étudie les sciences politiques à l’université de Tel Aviv et y obtient un Bachelor of Arts puis un Bachelor of Laws. Il travaille, de 1995 à 1997, dans le cabinet de Michael Ben-Yair, le conseiller juridique du gouvernement. Puis dans le cabinet du procureur de l’État jusqu’en 1998.

Sa’ar rejoint ensuite le secrétariat du gouvernement en 1999, puis de 2001 à 2002 après la victoire d’Ariel Sharon lors de l’élection de février 2001.

Il est élu à la 16e Knesset sur la liste du Likoud lors des élections législatives de 2003. Sa’ar est nommé président du groupe parlementaire du Likoud. Il s’oppose au Plan de désengagement des territoires occupés et tente de faire passer une proposition de loi demandant un référendum sur ce plan.

Sa’ar est réélu à la 17e Knesset lors des élections législatives de 2006. Il garde son poste de président du groupe du Likoud et devient vice-président de la Knesset.

Lors de son second mandat, Sa’ar dépose deux propositions de lois : une pour emprisonner les employeurs qui licencient des femmes enceintes et une pour interdire les tests cosmétiques sur les animaux.

En , la liste de l’aile dure du Likoud menée par Sa’ar, Silvan Shalom et Moshe Feiglin remporte la primaire interne et Sa’ar se retrouve deuxième, derrière Benyamin Netanyahou, sur la liste du Likoud pour les élections législatives de 2009. Sa’ar est réélu lors des législatives et est nommé ministre de l’Éducation le .

Son action en tant que ministre de l’Éducation est marquée par l’accentuation de l’enseignement des valeurs et héros sionistes dans les programmes scolaires. Son travail est apprécié par les deux syndicats d’enseignants qui en , au moment de la formation du gouvernement, expriment leur souhait de garder Sa’ar comme ministre de l’Éducation. Sa’ar lui aussi souhaite rester à ce poste mais après les négociations de formation du gouvernement de coalition, c’est le rabbin Shaï Piron (Yesh Atid) qui est nommé poste de ministre de l’Éducation, alors que Sa’ar devient ministre de l’Intérieur.

En , il est accusé par une lettre anonyme envoyée au premier ministre Benyamin Netanyahou d’abus sexuels à l’encontre d’un membre de son cabinet. En mars, le procureur de l’État annonce que la lettre est un faux et innocente le ministre. Du au , il occupe le poste de ministre de l’Intérieur dans le gouvernement Netanyahou III.

Il est de nouveau élu député en , pour la 21e législature, et en , pour la 22e législature.

En , Benyamin Netanyahou, Premier ministre et dirigeant du Likoud, est inculpé pour corruption, fraude et abus de confiance. Alors que le chef du gouvernement est fragilisé par ses démêlés judiciaires et son incapacité à être reconduit à la suite des élections législatives d’avril et septembre, Sa’ar se positionne comme son principal opposant en vue des primaires internes. Le suivant, Gideon Sa’ar obtient 27,5 % des voix face à Netanyahou, qui est largement réélu avec 72,5 %.

Il annonce en décembre 2020 la fondation d’un nouveau parti « avec pour objectif de remplacer Netanyahou ». Sa’ar se prononce pour l’annexion des territoires palestiniens occupés et appelle à restreindre le pouvoir de la Cour suprême dans ses décisions sur les questions constitutionnelles. Sa’ar présente sa démission de la Knesset en décembre et est remplacé par Nissim Vaturi. Il annonce aussi sa démission du Likoud et critique le « culte de la personnalité » de Netanyahou qui règne au sein du parti.

En 2012, Sa’ar se sépare de son épouse, mère de leurs deux filles, avec laquelle il vivait depuis 20 ans. En 2013, il épouse en secondes noces la journaliste et animatrice de télévision Guéoula Even, avec laquelle il aura un garçon et une fille.

 

Partager :