Partager :

Une rébellion a éclaté, mardi 8 décembre, au sein du parti du premier ministre, Benyamin Nétanyahou. Son principal rival au Likoud, Gideon Saar, a claqué la porte en abandonnant son siège de député. Ce jeudi sur Instagram (b.netanyhou) le Premier Ministre chante. Une belle voix, pleine d’assurance. Une chanson dédiée aux personnes agées. La chanson porte sur Hanoucca. Elle est chantée avec la pop-star et enfant chérie de la chaîne Kids TV Channel, Eden Ben Zaken,

Selon Le Monde : « Critiquant une formation devenue « un culte de la personnalité », M. Saar promet de défaire son ancien mentor lors du prochain scrutin : « Je ne peux plus soutenir un gouvernement dirigé par Nétanyahou (…) Israël a besoin d’unité et de stabilité, et Nétanyahou ne peut lui apporter ni l’une ni l’autre. »

Cette défection est loin d’être la première. En onze ans de règne continu depuis 2009, M. Nétanyahou a systématiquement éliminé ses successeurs potentiels au sein du parti. Mais elle intervient à un moment où la droite est ébranlée et s’interroge sur l’avenir de son chef. Les « alliés naturels » de M. Nétanyahou à l’extrême droite, qu’il s’est historiquement employé à phagocyter, le menacent.

Depuis septembre, M. Nétanyahou est talonné dans les sondages par Naftali Bennett, le chef de file de la formation ultranationaliste et religieuse Yamina, qu’il a tenu à la porte de sa coalition de gouvernement. De son côté, Avigdor Lieberman, patron d’un petit parti russophone, a déjà privé le premier ministre d’une majorité de droite aux scrutins de l’été 2019 et de mars 2020. Il a juré sa perte.

Ces divisions isolent M. Nétanyahou. Elles menacent de le priver de toute alternative à l’accord de coalition qu’il a conclu en mai, et qui lui impose en théorie de quitter le fauteuil de premier ministre en novembre 2021, au profit de son partenaire, le général Benny Gantz (centre droit). Ce gouvernement n’est vieux que de six mois, mais il fait déjà l’objet d’une motion de censure à la Knesset. Dysfonctionnel jusqu’à la paralysie, il pourrait éclater dans les semaines à venir, s’il échoue à voter un budget pour 2021″.

Photo. Reuters (Amir Cohen)

Partager :