Partager :

La Banque d’Israël devrait maintenir les taux d’intérêt à court terme inchangés pour une cinquième réunion après avoir signalé qu’elle n’était pas disposée à abaisser les taux à zéro ou à les rendre négatifs et avoir opté pour d’autres mesures pour soutenir une reprise de la crise du coronavirus.

Sur les 16 économistes interrogés par Reuters, 15 estiment que le comité de politique monétaire (CPM) maintiendra le taux de référence à un niveau historiquement bas de 0,1 % lorsque la décision sera annoncée lundi à 16 heures (1300 GMT) – sa dernière réunion de 2020.

On prévoit une réduction à zéro en raison d’un taux d’inflation de -0,8 % et d’un pic de 12 ans et demi du shekel par rapport au dollar.

« Ils ont totalement fini de réduire les taux », a déclaré Jonathan Katz, économiste en chef des marchés financiers, faisant écho aux sentiments de la plupart des autres analystes.

Lors de sa réunion précédente, le 22 octobre, cinq des six décideurs politiques ont voté en faveur du maintien du taux directeur.

Le vice-gouverneur Andrew Abir a déclaré à Reuters qu’il n’y avait pas de raison de pousser son taux directeur à zéro ou en dessous, étant donné les faibles coûts d’emprunt pour les consommateurs et les entreprises.

Il a ajouté que la banque centrale pourrait ne pas prendre de nouvelles mesures si l’économie commençait à se remettre de la pandémie de coronavirus, si elle n’avait plus besoin de confinement et si l’accès au crédit s’améliorait.

Depuis le début de la pandémie, la banque centrale a abaissé une fois son taux directeur – de 0,25 % en avril – et s’est appuyée sur d’autres mesures, telles que l’achat d’obligations d’État et d’entreprises et l’offre de prêts à taux réduit aux banques pour encourager les prêts aux petites entreprises.

Selon les données préliminaires, le troisième trimestre, après une contraction de 29,8 % au cours des trois mois précédents, a été marqué par une baisse de la demande de crédit.

L’un des problèmes pour la banque centrale est le shekel, qui s’élève à 3,31 par dollar – son plus haut niveau depuis la mi-2008.

« La Banque d’Israël continuera à se concentrer sur les achats de devises pour faire face à la monnaie forte, car une nouvelle baisse des taux ne devrait pas contribuer à affaiblir le (shekel) de beaucoup », a déclaré Michael Kafe, économiste chez Barclays.

Source : Financial Post & Israël Valley

Partager :