Partager :

Mohsen Fakhrizadeh, 59 ans, a succombé après une attaque près de Téhéran contre sa voiture avec un véhicule piégé et une fusillade, a annoncé vendredi le ministère de la Défense iranien, précisant qu’il était chef de son département recherche et innovation.

Mohsen Fakhrizadeh détenait un doctorat en physique et ingénierie nucléaire et avait travaillé pour sa thèse avec Fereydoon Abbasi Davani, ex-chef de l’OIEA lui-même visé par une tentative d’assassinat en 2011.

La mort de Fakhrizadeh faisait samedi la une de la quasi-totalité des journaux en Iran. Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a accusé dès vendredi Israël d’avoir joué un « rôle » dans cet « acte terroriste » qui « montre le bellicisme désespéré de ses auteurs ».

Mohsen Fakhirizadeh avait été accusé par le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, d’être le père d’un programme nucléaire iranien à vocation militaire dont Téhéran a toujours nié l’existence. Des médias américains l’ont qualifié de « cible numéro 1 du Mossad ».

Le département d’Etat américain avait indiqué en 2008 qu’il menait « des activités et des transactions contribuant au développement du programme nucléaire de l’Iran ».

« Cet assassinat barbare montre que nos ennemis vivent des semaines difficiles et sentent (…) leur pression faiblir, la situation mondiale changer », a déclaré Rohani. Samedi, des manifestants de la force paramilitaire Bassidj ont brûlé devant le ministère des Affaires étrangères à Téhéran, des drapeaux américains et israéliens ainsi que des portraits de MM. Trump et Biden. Plusieurs scientifiques spécialistes du nucléaire en Iran ont été assassinés ces dernières années, Téhéran en attribuant systématiquement la responsabilité à Israël.

Aucune réaction des autorités israéliennes, mais d’après la chaîne de télévision israélienne Channel 12, le niveau de vigilance a été accru dans les ambassades de l’Etat hébreu.

Sources : AFP, Journal de Montréal, Le Monde, Libération.

 

Partager :