Partager :

Jordan Schultz, maître de mixage israélien, a travaillé sur les pistes de danse du monde entier, mais c’est en Jamaïque qu’il a posé actuellement ses valises.

« J’ai commencé à produire à l’âge de 13 ans. Cinq ans plus tard, j’ai déjà contribué à des succès et j’ai eu quelques contrats de disque en Israël. J’ai également travaillé comme producteur fantôme. Au fil des ans, j’ai expérimenté de nombreux genres, juste pour sortir de ma zone de confort et m’entraîner, mais j’ai toujours retrouvé le chemin de la danse et de la musique pop. Même si je travaille avec des disques sur différents labels dans le monde entier, mon plus grand succès en tant que producteur a toujours été en Israël ».

Schultz, qui vient de la ville portuaire de Haïfa, au nord du pays, a voulu à l’origine être une vedette sur les scènes principales des plus grands festivals, comme tout producteur aux multiples facettes. Mais en développant un engouement brûlant pour le côté technique de la musique, il n’a pas pénétré ce circuit. Il est passé dans l’ombre, travaillant en coulisses avec des maisons de disques comme Universal, Sony, Warner Music et Island Records plutôt que sous les feux de la rampe.

Les talents et les contributions d’un ingénieur du son à la musique – qu’ils soient très diffusés ou très vendus – ne sont pas toujours célébrés, et encore moins mentionnés publiquement, et il n’est pas toujours facile d’y pénétrer. M. Schultz a révélé que s’établir comme un professionnel de confiance dans l’industrie musicale et nouer des liens internationaux « n’était pas une tâche facile ».

« Je me suis rappelé chaque jour d’être d’abord un être humain parce qu’une touche personnelle compte même quand il s’agit d’affaires et que la deuxième chose importante à retenir est que chaque disque a le potentiel de devenir un succès. Ne sous-estimez jamais personne. Les personnes peuvent garantir que je fournirai 100 % de moi-même à chaque fois, et les artistes qui le savent reviennent toujours travailler avec moi, et peu importe de quel pays je viens ».

En Jamaïque, les artistes remplissent les clubs et les concerts dans tout le pays et ils sont non seulement parmi les plus talentueux, mais ils restent fidèles à ce qu’ils sont. S’il y a une chose que je pourrais conseiller aux artistes et aux producteurs jamaïcains pour améliorer leur façon de produire de la musique, ce serait de ne pas essayer de rogner sur les coûts. Ne vous relâchez pas, et parce que le secteur de la musique est rude et a tendance à être froid, la passion et la persévérance sont ce qui vous envoie au sommet », a-t-il déclaré.

Source : Jamaica Gleaner & Israël Valley

Partager :