Partager :

La libération conditionnelle de Jonathan Pollard a été résiliée et toutes les restrictions levées, ont annoncé ses avocats dans un communiqué vendredi. Pollard, un ancien analyste du renseignement pour les États-Unis, a été arrêté en 1985 pour espionnage et fourniture de renseignements top-secrets à Israël.

« La Commission américaine des libérations conditionnelles a délivré un certificat mettant fin à la libération conditionnelle et levant toutes les restrictions de libération conditionnelle à notre client Jonathan J. Pollard, défendu pour le bien public », selon un communiqué de ses avocats, Eliot Lauer et Jacques Semmelman.

Le 15 novembre 2015, Pollard a été libéré sous condition après avoir purgé 30 ans d’emprisonnement à perpétuité pour avoir espionné les États-Unis au nom d’Israël. Il est le seul Américain de l’histoire des États-Unis à avoir été condamné à perpétuité pour espionnage en faveur d’un allié, et le seul à purger plus de 10 ans de prison pour ce crime.

Ses restrictions de libération conditionnelle devaient expirer vendredi, mais jeudi, il ne savait toujours pas s’il serait autorisé à immigrer en Israël ou si ses sévères restrictions de libération conditionnelle seraient renouvelées.

Dans le cadre de ces restrictions, Pollard a été soumis au port d’un appareil de surveillance  GPS au poignet, qui suivait constamment sa position, un couvre-feu qui l’empêchait de quitter son domicile avant 7 heures du matin ou après 19 heures, et ses ordinateurs étaient surveillés.

Ses avocats étaient en contact avec le département américain de la Justice et la Commission des Libertés conditionnelles américaine, pour se demander si sa libération conditionnelle serait prolongée, en veillant à souligner qu’il s’était parfaitement comporté, à la fois en prison et en tant que libéré conditionnel.

La levée des restrictions signifie également que lui et sa femme Esther peuvent réaliser leur rêve d’emménager en Israël.

« Nous sommes reconnaissants et ravis que notre client soit enfin libre de toute restriction et soit désormais un homme libre à tous égards », ont déclaré Lauer et Semmelman. « Nous avons hâte de voir notre client en Israël. »

Les avocats ont annoncé au nom de Pollard qu’il était « heureux de pouvoir enfin venir en aide à son épouse bien-aimée Esther, qui lutte contre une forme agressive de cancer« . Les restrictions ont rendu difficile pour lui de prendre soin d’elle depuis qu’elle a été diagnostiquée en 2019 avec un cancer du sein grave – pour la troisième fois.

Pollard a dit qu’il aimerait que les gens sachent que c’est principalement sa femme plus que quiconque qui l’a maintenu en vie toutes les années qu’il a passées en prison.

Il a également remercié ses avocats et leur cabinet d’avocats, Curtis, Mallet-Prevost, Colt & Mosle LLP, pour l’avoir soutenu pendant de nombreuses années, ainsi que le rabbin Pesach Lerner pour avoir travaillé pour lui obtenir l’aide financière nécessaire.

L’ambassadeur israélien aux États-Unis, Ron Dermer, a également reçu ses remerciements pour avoir agi « sous les auspices du Premier ministre Benjamin Netanyahu, en accentuant ses efforts en son nom ». Notamment, Netanyahu avait rendu visite à Esther à plusieurs reprises.

Pollard avait des raisons de craindre que les conditions ne soient renouvelées, car il lui restait encore 10 ans de prison à perpétuité. Il a été condamné avant que de telles peines aux États-Unis ne soient réduites de 45 ans aux 30 ans qu’il a purgés. Les conditions de libération conditionnelle d’une durée de cinq ans sont considérées comme la norme.

« Dans des circonstances normales – c’est-à-dire avec n’importe quel autre prisonnier, y compris les espions des nations ennemies, les trafiquants de drogue, etc. – le marqueur de cinq ans aurait une signification », a déclaré une source proche des Pollard. «À condition qu’il y ait cinq ans de bonne conduite, cela serait honoré immédiatement.

« Mais pas pour l’agent d’Israël. Rien dans cette affaire n’a jamais été traité conformément à la pratique juridique normative. »

Des sources proches du dossier ont déclaré qu’elles n’étaient pas au courant d’un autre cas dans lequel les libérés conditionnels n’avaient pas été informés des semaines ou des mois avant la date et l’heure de la fin de leur libération conditionnelle. Les détenus en sont toujours informés bien à l’avance afin qu’ils puissent faire des projets pour l’avenir, ont indiqué les sources.

Cody Levine et Gil Hoffman ont contribué à ce reportage.
Adaptation : Marc Brzustowski
Partager :