Partager :
Le monde, et Israël en particulier, ainsi que la France sont confrontés à « une deuxième vague forte » de la Covid-19, contraignant le gouvernement Français à multiplier les mesures restrictives depuis la mi-octobre.
Cette situation sanitaire aura un impact désastreux sur l’environnement, notamment du fait de la pollution générée par les masques jetables, devenus incontournables.
En Israël, la pollution par les masques devient dramatique.
Selon (1). Michel Innocent Peya, écrivain et chercheur, spécialiste des questions environnementales : « Les cris d’alarme sont désespérément rares, malgré l’ampleur du désastre environnemental à venir.
Source de pollution et de dégradation écologique sans précédent, l’utilisation contrainte et systématisée des masques doit susciter des réactions fortes pour en restreindre les effets négatifs.

En effet, la production de masques jetables a connu une augmentation exponentielle afin de contenir la propagation de la Covid-19: la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced) estime les ventes mondiales de masques chirurgicaux à 166 milliards de dollars en 2020, contre 800 millions en 2019.

C’est-à-dire une multiplication par plus de 200 en l’espace d’une année.

Toujours selon des sources onusiennes, et c’est là que le bât blesse, il faut s’attendre à ce que 75 % de ces masques se retrouvent dans la nature ou dans les mers au même titre que les autres déchets liés au coronavirus (gants, visières, contenants de gel hydroalcoolique, etc.). Nos forêts, eaux et trottoirs sont déjà saturés de ces déchets plastiques, dont les images n’ont pas tardé à être relayées sur les réseaux sociaux ».

(1) latribune.fr

 

 

 

Partager :