Partager :

Intéressant de savoir que Yossi Cohen, celui qui a des chances de remplacer Benjamin Netanyahou à la tête de l’Etat Hébreu, aime bien la France et se ballade souvent incognito (un masque anti-Covid est parfois utiles pour dissimuler son identité!) dans la capitale française.

Un article de Libération (Extraits) : « Ce 10 janvier 2015, la délégation israélienne menée par Benyamin Nétanyahou débarque dans un grand hôtel proche de la place de l’Étoile à Paris. Elle est venue participer à la marche de solidarité organisée après les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes. «C’est la première fois que je m’enregistre sous ma véritable identité», sourit dans le hall Yossi Cohen. Le «Ramsad», le directeur des services secrets, est un habitué de la capitale française. Francophone, il y séjournait en se faisant passer pour un homme d’affaires pour mener des missions de renseignements comme des rencontres avec ses informateurs arabes ou des agents retournés ».

Yossi Cohen a fait sa scolarité dans une école religieuse, la yeshiva Or Etzion, sous l’autorité du rabbin Rabbi Haim Drukman. Il était dans les parachutistes pendant son service militaire. Il a été recruté dans le Mossad à l’âge de 22 ans en 1983, où il a commencé à servir comme officier de terrain sous le nom de code de «Callan». En 2004, le directeur du Mossad Meïr Dagan l’a nommé chef des opérations iraniennes. A partir de 2006, il a été agent opérationnel dans la division « Tsomet », où il est chargé de recruter et de gérer des informateurs . Ce qu’il a réussi notamment parmi des membres du Hezbollah et du Corps des Gardiens de la révolution islamique. Entre 2011 et 2013, il était sous-directeur de l’agence alors dirigée par Tamir Pardo, il était alors connu sous le pseudonyme de « Y ». Il a gagné pour des raisons classifiées le Prix de la défense d’Israël, la plus haute distinction du Mossad. Entre 2013 et 2016, il était conseiller en sécurité du premier ministre. Ses rapports avec Benyamin Netanyahou à l’époque lui vaudront des soupçons de corruption, démenties par l’intéressé. Il postule pour prendre la direction du Mossad et en est élu le directeur face à deux autres candidats et après trois entretiens. Sa désignation par le premier ministre de l’État d’Israël Benyamin Netanyahou est annoncée en .

Partager :