La banque Citigroup va recruter en Israël des datascientists.

Par |2020-11-09T08:20:54+01:00novembre 9th, 2020|Catégories : ECONOMIE|
Partager :

La banque américaine Citigroup cherche à recruter plus de 2 000 codeurs et datascientists cette année au niveau mondial pour renforcer sa division investissement, selon l’agence Bloomberg. L’établissement alloue un budget annuel de 8,4 Md$ aux nouvelles technologies.

Jusqu’ici d’un usage très répandu, l’externalisation commence à s’estomper dans les institutions financières. Pour preuve, l’ambitieuse campagne de recrutement annoncé par Citigroup au niveau mondial. Selon l’agence de presse Bloomberg, l’établissement bancaire basé à New York a en effet indiqué qu’il allait engager cette année pas moins de 2 500 codeurs et spécialistes des données pour renforcer ses équipes en banque d’investissement. L’année dernière, environ les trois quarts des ordres d’achat et de vente étaient faits de façon électronique, a indiqué Stuart Riley, directeur mondial des opérations et de la technologie pour la banque d’investissement de Citigroup Institutional Client Group (ICG), cité par Bloomberg. Citigroup consacre un budget annuel d’environ 8,5 milliards de dollars aux nouvelles technologies, soit environ 20% de ses dépenses totales.

La firme a commencé à récolter les fruits de ses investissements ces dernières années, affirmant qu’ils lui permettraient d’économiser jusqu’à 600 millions de dollars en 2020. La banque, qui compte déjà 23 000 spécialistes en technologies dans son activité ICG dans le monde, a déclaré que les postes de codeurs et de datascientists à pourvoir seraient basés à Londres, New York, Shanghai, Toronto, Dublin, Tel Aviv, à Pune et Chennai en Inde ainsi qu’à Tampa, en Floride. La technologie augmente les capacités humaines en permettant un meilleur usage des données, a expliqué le directeur de la technologie et des opérations dans une interview accordée depuis l’agence Canary Wharf de Citigroup à Londres. L’une de nos initiatives consiste à utiliser l’intelligence artificielle pour comprendre les échanges de messages entre nos commerciaux et nos clients en fournissant automatiquement des informations, des analyses, des prix ou des idées aux forces de vente, a-t-il ajouté.

1 600 spécialistes de Python employés au front-office

Il y a environ deux ans, la banque qui employait alors 30 codeurs spécialistes Python et a été inondée de demandes. Aujourd’hui, elle compte quelque 1 600 développeurs de ce langage pour ses activités de front-office. Outre Citigroup, les banques investissent des milliards de dollars au niveau mondial dans une course à la mise en application de technologies dans leurs services de front-office. Des institutions telles que Goldman Sachs ou JPMorgan Chase & Co recrutent elles aussi des armées de développeurs qui changent le visage des salles de marché à Wall Street. A titre d’exemple, Bank of America a déclaré qu’elle dépensait environ 10 milliards de dollars dans le numérique, dont environ 3 milliards de dollars alloués à de nouveaux projets. Rappelons par ailleurs que Google a décidé de s’appuyer sur Citigroup afin de proposer une offre de service bancaire aux internautes. Le projet, appelé Cache, devrait être lancé en 2020. Un projet proche de celui d’Apple avec son offre Card Pay et dans une moindre mesure de Facebook, qui a été désavoué par les régulateurs du monde entier avec son projet de cryptomonnaie mondiale Libra.

Partager :
Go to Top