Partager :

Ces dernières semaines, iChaïm Kanievsky, a de nouveau été épinglé pour avoir autorisé la réouverture d’écoles talmudiques, violant ainsi les instructions du gouvernement, qui a opté pour une sortie progressive du second confinement imposé en septembre.

Chaïm Kanievsky, 92 ans, barbe blanche vaporeuse et dos voûté, est un « maître », voire le « Prince de la Torah », pour ses adeptes qui respectent à la lettre ses consignes.

Pour beaucoup d’Israéliens, les haredim (les « craignants » Dieu en hébreu, ou ultra-orthodoxes) sont en grande partie responsables de la circulation du virus dans le pays, qui a enregistré en septembre l’un des taux de contamination les plus élevés au monde.

Au point où, dans les pages du quotidien Jerusalem Post, un commentateur a décrit le comportement de M. Kanievsky « d’extrêmement dangereux », tenant d’une « désobéissance civile » sans précédent.

– « Ligne rouge » –

Dans un rare entretien accordé à l’AFP, le petit-fils du rabbin, Yaakov Kanievsky, estime toutefois que le comportement de son grand-père a été mal interprété.

« Personne ici n’est fou, tout le monde comprend (le risque) », affirme-t-il dans le modeste appartement de son grand-père à Bnei Brak, ville majoritairement ultra-orthodoxe près de Tel-Aviv.

La vidéo diffusée en mars, dans laquelle Chaïm Kanievsky assure que le virus n’est pas dangereux, « n’aurait pas du être rendue publique », assure son petit-fils, lui-même rabbin, qui apparaît aussi dans l’enregistrement.

Le vieux rabbin a d’ailleurs adapté certaines pratiques aux exigences de la lutte contre le nouveau coronavirus en fermant des synagogues et en autorisant l’utilisation exceptionnelle du téléphone portable lors du shabbat (jour de repos) pour partager des informations urgentes sur la pandémie, ajoute Yaakov Kanievsky.

Mais la fermeture des yeshivot, les écoles talmudiques, constitue une « ligne rouge » pour le rabbin, indique son petit-fils, dans un minuscule bureau où s’alignent les textes religieux: « Pour lui, la chose la plus importante au monde est l’étude de la Torah. Sans ça, plus rien n’a de sens ».

Et comme ses élèves n’utilisent ni smartphones, ni ordinateurs, proscrits par leur interprétation stricte du judaïsme, l’enseignement à distance n’est pas une option.

http://www1.alliancefr.com/

Partager :