Partager :

Alors que les technologies IoT et la communication entre véhicules progressent, de nouvelles normes liées au de transport intelligent apparaissent comme la V2X : communication entre véhicule – véhicule / véhicule – infrastructure et véhicule – piéton (V2V, V2I, V2P) et cette technologie encore embryonnaire va prendre son essor avec la 5G car elle peut fournir de manière transparente une connectivité rapide, fiable, à faible latence et à faible tolérance aux pannes.

Une coalition intersectorielle de diverses entreprises de premier plan, comprenant des acteurs majeurs de l’industrie automobile comme Audi, BMW et Daimler, des services de télécommunications, des fournisseurs d’équipements comme Ericsson, Huawei et Nokia, et des entreprises de semi-conducteurs comme Intel et Qualcomm, collaborent pour faire évoluer, tester et promouvoir les communications 5G pour les voitures connectées.

De leur côté, les start-ups innovent dans le domaine de la technologie de manière plus originale, devançant ainsi les grandes entreprises. Les VC s’y intéressent fortement, car l’industrie des véhicules connectés à l’IOT devrait connaître un boom d’ici 2025.

Parmi toute ces pépites, 2 start-ups israéliennes se distinguent :

Autotalks est une société basée en Israël, spécialisée dans les solutions de communication V2X (Vehicle-to-Everything) et la société est soutenue par des fonds de capital-risque, notamment Hyundai Cradle, Gemini Israel Funds, Magma Venture Partners, Mitsui & Co. Global Investment, et Amiti Ventures.

Viziblezone, elle-aussi basée en Israël, propose une solution de type « véhicule-piéton ». Le logiciel de sécurité des piétons de la société peut être déployé sur les systèmes embarqués des voitures et sous forme d’applications mobiles. Il utilise l’intelligence artificielle pour déterminer le risque d’accident en fonction des informations sur les piétons, du profil du conducteur et de l’environnement routier. En cas de détection d’un risque élevé, il alerte le conducteur et l’unité de contrôle du moteur du véhicule pour éviter une collision.

Au fur et à mesure que la 5G progresse, les acteurs de la V2V devraient en tirer profit. Les capteurs, le stockage des données et l’analyse deviendront rentables. Le développement de l’infrastructure routière, y compris les feux de circulation, la structure des autoroutes, etc.

V2V continuera à évoluer lentement. Il faudra peut-être attendre 2030 pour disposer de véhicules commercialement viables capables de détecter l’arrêt soudain des autres véhicules qui les précèdent. Et la mise en œuvre complète de V2V, y compris V2I, pourrait être futuriste.

Source : Medium & Israël Valley

Partager :