Partager :

Le tourisme au point mort. Le coronavirus touche durement Israël. Modèle lors de la première vague, le pays compte aujourd’hui un nombre record de personnes contaminées, notamment parmi les Juifs orthodoxes et les citoyens arabes.

Un nouveau confinement à été imposé. Le pays reste fermé à la plupart des autres pays du monde. L’activité touristique est au point mort. Autrefois bondées, les ruelles de la vieille ville de Jérusalem n’ont jamais été aussi vides.

Le secteur du tourisme fait vivre des milliers de personnes en Israël. Dans le souk de Jérusalem, les boutiques restées ouvertes attendent désespérément les clients.  » La mosquée al-Aksa, des fois elle est ouverte, des fois elle est fermée. Même pendant l’Intifada on n’est pas tombé aussi bas. Au moins l’économie fonctionnait, pas comme maintenant. »

Le mur des lamentations a été divisé en plusieurs espaces abritant une vingtaine de personnes seulement.
Les strictes mesures de confinement imposées par le gouvernement ont entraîné une précarité inédite en Israël.
Certaines organisations de bienfaisance qui distribuent de la nourriture aux nécessiteux, enregistrent une explosion de la demande.

« C’est cela notre priorité, donner à manger aux enfants que leur famille ne peut pas nourrir. C’est incroyable le nombre de cas difficiles que nous voyons. Surtout des enfants et des personnes âgées. Israël est le pays de l’OCDE qui compte le plus de travailleurs indépendants. Cette crise est venue souligner les carences de l’Etat-providence israélien.

Alors que le gouvernement vient de décider un reconfinement, les Israéliens sont plus inquiets que jamais pour leur avenir. Malgré son histoire mouvementée, le pays n’avait jamais connu une telle crise.

Stéphane Amar et Nicolas Harlé

https://france3-regions.francetvinfo.fr

Partager :